Et si Suárez n'avait pas mis la main face au Ghana...

le
0

Il y a tout juste cinq ans, le 2 juillet 2010, Luis Suárez divisait l'univers du ballon rond en deux clans bien distincts. D'un côté, on saluait le patriotisme d'un héros, prêt à ternir son image pour rendre les Uruguayens fiers de leur Celeste. De l'autre, les défenseurs du fair-play qui voulaient voir sa tête de rongeur plantée au bout d'une pique. Et si l'actuel attaquant du Barça n'avait pas sauvé ce but in extremis ?

... le Ghana serait devenu le premier pays africain qualifié pour le dernier carré d'une Coupe du monde. La magie de l'Afrique du Sud. Au lieu de ça, on se souvient d'une édition bien pourrie : les vuvuzelas, le but refusé à Lampard et les tongs de Ti'Franck à Téléfoot.

... porté par tout un continent, les Black Stars auraient même atteint la finale. Grâce à la révélation de la compétition : André Ayew. Suspendu en quarts, la fierté de l'AC Arles-Avignon inscrit en demies le but de sa vie contre les Pays-Bas, d'une tête plongeante, aux abords de la surface. Un peu comme celle de Basile Boli en 1993 contre le PSG. En plus, c'était Abedi Pelé - le papa de Dédé - au centre.

... ému jusqu'aux larmes, Jordan Ayew aurait déclaré son amour pour son aîné : "J'ai beaucoup de chance d'avoir un frère comme André. Il faut que je le remercie (sic)."

... avant que la sélection ghanéenne ne se fasse gifler par la Roja de David Villa. 1-0, évidemment.

... auteur du but vainqueur en finale, le néo-Barcelonais devient d'ailleurs lauréat incontesté du Ballon d'or 2010. Et dépasse enfin ce loser magnifique de Raúl dans le cœur des Espagnoles. Sneijder qui ?

... du coup, Diego Costa serait contraint de choisir la Seleção et se farcirait à lui tout seul les Allemands au Mondial brésilien.

... déprimé, l'Uruguay n'aurait pas gagné la Copa América 2015.

... Diego Forlán n'aurait pas signé à l'Inter, mais au Chievo.

... Dominic Adiyiah, qui claque le coup de crâne sauvé par Suárez, se serait mué en gourou vénéré d'Accra jusqu'à Tamale.

... au lieu de ça, c'est lui qui rate le dernier penalty de la séance des tirs au but, offrant la qualification à l'Uruguay. Le karma pour lui.

... on parle là d'un joueur qui évolue désormais à l'Arsenal Kiev et dont plus personne ne se souvient. Pas même Sœur Sourire.

... la frappasse de Sulley Muntari aurait été incontestablement le but de la compétition. Bon, ok, la mine de Giovanni van Bronckhorst à 110 km/h n'est pas mal non plus.

... Sebastián Abreu n'aurait pas crucifié les Ghanéens sur une panenka au bout d'une…
























Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant