Et si on se chauffait au calcul informatique?

le
0
Et si on se chauffait au calcul informatique?
Et si on se chauffait au calcul informatique?

Plutôt que de faire chauffer des milliers de serveurs dans des "data centers" climatisés, pourquoi ne pas les faire tourner dans les logements à la place des radiateurs électriques classiques? La Ville de Paris va tester ce mode de chauffage innovant, et gratuit pour les locataires, dans une centaine de logements sociaux. D'apparence, ils ressemblent à des convecteurs traditionnels. Mais ces nouveaux radiateurs, présentés mercredi à la presse dans une résidence HLM du XVe arrondissement, utilisent en fait des processeurs informatiques comme source chaude au lieu d'une résistance électrique et sont reliés à internet. En fonction de la température souhaitée, le "radiateur-calculateur" exécute des calculs informatiques pour le compte d'une start-up parisienne spécialisée. Calculs qui génèrent une chaleur gratuite pour le locataire, explique la Ville de Paris. Plus le "radiateur" chauffe, plus le volume de calculs possibles est important.Les premiers appareils, conçus par la société Qarnot Computing, ont été installés en juin dans cette résidence de la Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP). En tout, 300 radiateurs de ce type vont être installés d'ici la fin de l'année dans les 100 appartements de la résidence."L'idée est de faire le travail qui est fait aujourd'hui dans des data centers, sauf que dans les data centers, la chaleur part en fumée", explique Paul Benoît, fondateur de Qarnot Computing. Véritables usines de calcul abritant des milliers d'ordinateurs, les data centers consomment beaucoup d'énergie pour alimenter les machines mais aussi les refroidir. "Les data centers français, dont le nombre est estimé à plus de 200, engloutissent plus de 7% de l'electricité produite en France", estime la start-up.Des initiatives se développent pour récupérer la chaleur de ces data centers et l'utiliser dans les réseaux urbains. Mais le fait de faire tourner des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant