Et si on jouait enfin au ballon ?

le
0
Et si on jouait enfin au ballon ?
Et si on jouait enfin au ballon ?

La situation est grave? mais pas désespérée. Depuis vendredi et la déroute du groupe France à Kiev, l'heure est au rassemblement et à la révolte. Deux qualités essentielles que les Bleus n'ont quasiment jamais réussi à mettre en place depuis l'arrivée de Didier Deschamps en juillet 2012. Ou alors en de trop rares occasions comme lors de la deuxième période en Espagne. Seul souvenir en mémoire d'une équipe de France conquérante, volontaire et surtout séduisante. Car oui, cette équipe balbutie son football depuis plusieurs années et n'inspire finalement que mépris et dédain. A qui la faute ? La génération dite des « sales gosses » moins talentueuse mais plus nombriliste que la précédente ? La FFF qui n'arrive pas à mettre en place une politique d'avenir et à se débarrasser des fantômes du passé ? Le sélectionneur qui arrive en clamant son envie de poser une main de fer et qui se retrouve avec un gant de velours ? L'heure sera bientôt aux conclusions et à l'analyse. En attendant, il est temps de parler football, ce dont on n'avait plus vraiment l'habitude avec les Bleus.

Pogba un cran plus haut

Mardi, c'est bien d'investissement personnel et collectif dont il sera question. Mais aussi d'animation. Quel système va mettre en place Didier Deschamps pour perturber le bloc ukrainien ? A l'aller, le 4-2-3-1 n'a pas fonctionné. On pense donc forcément à un changement radical pour perturber les hommes de Mikhail Fomenko, invaincus lors de leurs huit derniers matchs, et qui s'attendent à subir le jeu. Le 4-3-3 pourrait permettre de relancer Yohan Cabaye, voire Rio Mavuba, et de faire monter d'un cran Paul Pogba. Devenu indispensable, le joueur de la Juventus Turin se retrouverait à une position qu'il connaît bien. Ce schéma redonnerait aussi les clés du jeu à Mathieu Valbuena. Indispensable dans le jeu offensif des Bleus, le Marseillais est à l'origine de la moitié des dix derniers buts français inscrits. Si exploit il y a, il faudra un « Petit vélo » dans son rôle de prédilection. Voilà pour le scénario le plus probable. Mais on peut également imaginer une prise de risque supplémentaire. Et un schéma inédit?

En 3-4-3 ou en 3-5-2 ?

Dans ce cas-là, le 3-4-3 ou le 3-5-2 pourrait devenir l'option alternative. Cela offrirait un pouvoir offensif non négligeable aux Bleus qui doivent marquer au moins deux buts. Dans l'éventualité d'un 3-4-3 à plat, la présence de deux milieux défensifs (Cabaye, Matuidi, Mavuba ?) assurerait également une certaine stabilité en phase défensive. Dans ce cas-là, les côtés seraient occupés par Ribéry et Valbuena. On retrouverait Benzema et Giroud en attaque. Ce système peut avoir un effet pervers lorsqu'une équipe joue en contre. Ce qui sera le cas de l'Ukraine mardi. A moins bien sûr de lui couper les « vivres ». Pourquoi ne pas tenter un 3-5-2 ? Un schéma qui offre aux latéraux plus de latitudes offensives. A Kiev, les Bleus n'ont quasiment pas centré. Et Giroud a été sevré de munitions. Cette tactique offrirait une bonne maîtrise du ballon au milieu de terrain mais elle se révèle moins efficace avec un adversaire évoluant à un seul attaquant. Tout est donc possible pour Didier Deschamps qui va devoir trouver les mots? mais surtout le dispositif le plus adéquat pour renverser l'Ukraine. « DD » a maintenant toutes les cartes en main pour confirmer qu'il est l'un des meilleurs techniciens français.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant