Et si les clients polis payaient leur café moins cher

le
0

Pour protester contre la muflerie de certains consommateurs, plusieurs cafetiers ont décidé d'indexer leurs prix sur la politesse des clients. L'initiative fait débat sur les réseaux sociaux.

Fixer le prix du café non pas à la tête du client, mais en fonction de sa politesse. Telle est l'idée lancée par Adam Garah, patron du café-restaurant l'Hamburgé à Grenoble, raconte Le Parisien-Aujourd'hui en France. Le gérant a ainsi affiché sur ses ardoises un tarif dégressif pour le petit noir, selon la formule employée par le client pour passer commande: «Un café»: 1,50 euro, «Un café, s'il vous plaît»: 1,30 euro, «Bonjour, un café s'il vous plaît»: 1euro. Et l'Isérois n'est pas le seul à avoir eu cette tentation. À Nice, la carte du restaurant La Petite Syrah, tenu par Fabrice Pépino, a été rédigée sur le même principe avec cette fois une addition nettement plus salée en cas de manquement aux règles élémentaires de savoir vivre. Héler «Un café» revient à 7euros, contre 4,25 euros pour «Un café, s'il vous plaît», et lorsque la commande est accompagnée d'un «Bonjour», il n'en coûtera à son consommateur que 1,40€.

Au-delà de l'aspect moralisateur, la démarche du restaurateur contribue aussi à détendre l'atmosphère, puisque comme le souligne Fabrice Pépino «ça fait sourire tout le monde», ce qui dans le commerce est toujours un bon début. Pour autant, le procédé a été diversement apprécié sur la toile ces derniers jours. À la grande surprise d'Adam Garah son initiative a fait le buzz sur les réseaux sociaux alors que pour le dirigeant de l'établissement il s'agissait de sensibiliser sa clientèle, avec un brin d'humour. «Une blagounette» assure d'ailleurs Adam Garah, qui n'envisageait pas sérieusement d'instaurer une taxe sur la politesse. De vives réactions, émanant notamment de touristes étrangers ayant visité l'Hexagone, ont été exprimées sur la page «Un café» du site Reddit. Car la relation client est à double sens, et si les serveurs s'offusquent du manque d'égard des consommateurs, ces derniers jugent sévèrement l'accueil et le service dans les établissements tricolores. Tout particulièrement dans les lieux touristiques et à Paris, où l'on ne s'embarrasse pas de formule avec un client qui n'est que de passage. Toutefois l'émergence des réseaux sociaux ces dernières années change peu à peu la donne. Certains hôteliers en ont d'ailleurs fait les frais avec des photos de chambres miteuses postées sur Twitter.

Il n'en reste pas moins que si le principe d'un tarif qui fluctue selon le degré de politesse fait débat, il est tout à fait légal. Dès lors que les conditions de vente sont clairement mentionnées le commerçant est libre de pratiquer les prix de son choix. «Rien n'empêche donc l'amabilité d'être un critère», explique au Parisien-Aujourd'hui en France Roland Héguy, président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie. La preuve en est, une fois de plus, que l'on gagne toujours à être poli. Alors si le café est commandé avec un sourire en prime... what else?

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant