« Et si le travail était la solution ? » (Cercle des économistes)

le
7

D'ici deux décennies, il faudra absorber chaque année 40 millions de nouveaux entrants sur le marché du travail
D'ici deux décennies, il faudra absorber chaque année 40 millions de nouveaux entrants sur le marché du travail

Le travail était au cœur de la réflexion des 15èmes Rencontres Economiques d’Aix-en-Provence, du 3 au 5 juillet. En matière de lutte contre le chômage, le Cercle des économistes considère que le temps des incantations doit céder la place à l’action. Comment ? Douze mesures sont proposées.

À l’heure où, dans le monde, à peine 3 milliards de personnes ont une activité salariée ou indépendante, sur 5 milliards en âge de travailler, il peut sembler provocateur de vanter les mérites du travail. Pourtant, s’il met à profit les gains de productivité, le travail est essentiel pour surmonter les tensions politiques, identitaires et sociales.

Les chocs technologiques, démographiques et environnementaux, forcent le travail à évoluer pour demeurer facteur de progrès matériel, d’épanouissement individuel, de construction du lien social. Les bouleversements conjoints de la robotisation, du big data, et de l’économie collaborative, bouleversent souvent notre rapport au travail, mais l’Europe et la France, loin de l’attitude craintive qui prévaut trop souvent, doivent apprendre à les percevoir comme des développements bienvenus, facteurs de richesses et de nouvelles opportunités d’emplois.

D’ici deux décennies, il faudra absorber chaque année 40 millions de nouveaux entrants sur le marché du travail, satisfaire les besoins élémentaires d’une population de 9 milliards d’individus, et tirer parti des migrations, aujourd’hui souvent perçues comme des dangers. En Europe, plutôt qu’une approche exclusivement financière, un marché du travail unifié doit être le cœur du projet politique, et compléter, via l’apprentissage, la mobilité, et la protection, les marchés uniques des biens et des capitaux. Il faut construire une protection sociale européenne adaptée à l’ère du numérique et des mobilités.

Enfin, il y a l’urgence française, celle du drame du chômage et du sous-emploi. Nos mentalités doivent s’adapter à la polarisation technologique et à la mondialisation. Nous voulons affirmer le respect dû à tous les métiers, et entrer dans le paradigme de la seconde chance. Face à des parcours désormais multiples, valorisons l’initiative individuelle, repensons la protection sociale, et retrouvons un dialogue représentatif dans l’entreprise.

  1. Encourager la mobilité du travail intra-européenne
  2. Assurer la portabilité des droits dans l’Union, et créer une assurance-chômage commune
  3. Faire de l’apprentissage pour les moins éduqués un grand projet européen
  4. Construire le marché unique du numérique, pour une Europe technologique pionnière
  5. Coordonner les politiques migratoires en Europe
  6. Concentrer les allègements de charges sur les bas salaires pour relancer l’emploi peu qualifié
  7. Garantir pouvoir d’achat et incitations à l’emploi par un revenu socle repensé
  8. Créer un contrat de travail progressif et protecteur, pour lutter contre la dualité du marché
  9. Libéraliser les marchés de biens et services capables de créer rapidement de l’emploi
  10. Structurer le marché de la formation professionnelle: un droit pour chacun à une 2e chance
  11. Donner un rôle central à l’accord collectif en assurant la représentativité du dialogue social
  12. Construire la protection sociale des nouvelles formes d’emploi à l’ère du numérique

Le Cercle des économistes 

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd’hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l’initiative repose sur une conviction commune : l’importance d’un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6437502 le mercredi 8 juil 2015 à 09:23

    M9425023--En bourse les plus-values payent le CRDS,ensui l'iumpôt sur le revenu des personnes physiques.Alors puis que tu crois visiblement qu'il est facile de faire fortune avec un capital,commence à investr par petiutes sommes.Sur les banques en ligne c'est facile.Tiens sur Boursorama par exemple.Ensuite on en reparlera.

  • M9425023 le mardi 7 juil 2015 à 18:12

    Doter chaque individu d'un capital éducation/formation et santé dés la naissance largement suffisant pour qu'il puisse atteindre un niveau satisfaisant, s'il ne le gaspille pas, et parer aux accidents de la vie, s'il fait un tout petit peu attention. "Responsabiliser" reste le maître mot de mes convictions sur l'Homme (et sur la Femme)

  • M9425023 le mardi 7 juil 2015 à 18:08

    Les charges sociales ne devraient plus être calculées sur les salaires mais aussi sur le capital investi. Ceci aurait déjà le mérite de rétablir une certaine compétitivité du travail face aux machines. Ensuite, les équipements devraient être réparables et non jetables. TVA sur les objets neufs > TVA maintenance.

  • M8637171 le mardi 7 juil 2015 à 12:14

    de nouveaux type de stockage pourront remplacer largement l'énergie fossile. la dépense énergétique des nouveaux bâtiments régulés, les nouveaux moteurs à combustion mais aussi à gaz, à hydrogène, ... consommeront de moins en moins. Conclusion : l'énergie sera moins chère et abondante.

  • M8637171 le mardi 7 juil 2015 à 12:11

    A487... devant les progrès du stockage de l'énergie et des économies d'énergie, je suis persuadé que dans 5 ans les énergies fossiles auront vus leur part fortement baissé. si on remplace toutes les ampoules par led françaises on peut se passer de 4 centrales nucléaires; si on libère le marché de l'énergie, de nombreux particuliers peuvent être complétement autonomes d'ici deux ans avec les arbres éoliens. l’éolien, le solaire, l'hydraulique, l'hydraulique marin, .alliés avec

  • A4878545 le mardi 7 juil 2015 à 02:10

    Dommage que le site vire les retour-chariots…

  • A4878545 le mardi 7 juil 2015 à 02:09

    > « Et si le travail était la solution ? » (Cercle des économistes)Et si les *ressources et l'énergie* étaient le problème?Rappel/info:1. Sans énergie, pas de transformation. Sans transformation, pas de croissance2. Les énergies fossiles représentent 85% de l'énergie primaire consommée dans le monde3. Les énergies fossiles sont en train de rendre cette planète inhabitable4. La lune ne semble pas une super alternative.Conclusion?