Et si le Borussia Dortmund arrêtait de faire sa victime ?

le
0
Et si le Borussia Dortmund arrêtait de faire sa victime ?
Et si le Borussia Dortmund arrêtait de faire sa victime ?

À chaque intersaison, c'est la même histoire : que le Borussia perde des joueurs ou non, l'heure est à la victimisation du côté de Dortmund. Si on en croit les propos du boss Hans-Joachim Watzke, le 11e club le plus riche du monde serait en fait pauvre et incapable de rivaliser avec les plus riches. Une rengaine qui devient de plus en plus indigeste et contre-productive.

Pour la première fois depuis quatre ans, le Borussia Dortmund semble en passe de conserver tous ses joueurs phares. Une nouveauté bien agréable, mais qui n'a aucunement empêché Hans-Joachim Watzke de se livrer à son jeu préféré : faire pleurer dans les chaumières. Pas plus tard qu'il y a quinze jours, le boss du BvB n'a pu s'empêcher, pour la énième fois, d'évoquer la richesse de certains de ses concurrents directs. "Lorsque nous avons défilé après notre doublé Coupe/Championnat en 2012, nous étions à bord d'un bus. À Wolfsburg, ils ont paradé en Lamborghini. C'est comme ça", a-t-il déclaré à la suite d'une question posée par la presse allemande sur la richesse du club de Volkswagen. Watzke n'a pas non plus hésité à dire que "seul le VfL Wolfsburg pourrait concurrencer le Bayern Munich dans le futur puisqu'ils possèdent les ressources financières suffisantes pour être un grand club." Entendez par là que le Borussia ne peut concurrencer le Bayern, car eux n'ont pas les moyens. Dire que Wolfsburg a plus de moyens que le BvB, c'est gros. Trop gros. Si, traditionnellement, les clubs allemands n'aiment pas publiquement parler de leurs budgets, le site internet de l'émission culte Sportschau a fait ses recherches et avancé que lors de la saison 13/14, Dortmund possédait le deuxième plus gros budget de Bundesliga avec 228 millions dans ses poches, loin devant Wolfsburg et son budget compris entre 160 et 190 millions d'euros (4e budget quand même). Et pas sûr que l'année suivante (celle qui vient de s'achever, donc), Wolfsburg ait bénéficié de largesses de la part de la maison-mère. Car oui, le VfL (sous l'impulsion de VW) pourrait en théorie dépenser des sommes élevées sur le marché des transferts, mais le Borussia aussi, non ?

Porte-parole des pauvres, sérieusement ?


La saison dernière, le BvB a dépensé un peu plus de 90 millions d'euros sur le marché des transferts, alors que Wolfsburg a déboursé un peu moins de 40 millions. Et à la différence des Loups, les Borussen n'ont pas besoin d'un investisseur unique et généreux pour assurer leur pérennité économique. Après avoir frôlé la faillite en 2005, le club de la Ruhr s'est relevé doucement, mais sûrement en diversifiant ses investisseurs, mais aussi ses activités. Aujourd'hui, la dette ne représente plus que 6% du capital du club, une rareté dans le paysage actuel. De plus, le Borussia possède la plus grosse…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant