Et si la sortie de crise passait par la relance budgétaire ?

le
0
L'Allemagne devrait profiter de sa capacité à emprunter à des taux négatifs pour augmenter son investissement public, selon de nombreux économistes.
L'Allemagne devrait profiter de sa capacité à emprunter à des taux négatifs pour augmenter son investissement public, selon de nombreux économistes.

L'OCDE tire la sonnette d'alarme : la croissance mondiale est en péril. Selon les dernières prévisions de cette organisation chargée de promouvoir des politiques efficaces auprès de ses 34 pays membres, l'économie mondiale ne progressera pas plus vite en 2016 qu'en 2015, année où elle avait déjà atteint son niveau le plus bas en 5 ans. La croissance devrait tout juste atteindre 3 %, un chiffre d'autant plus faible que les pays avancés sont censés être en phase de reprise et les émergents, en période de rattrapage.

« Les perspectives qui se dessinent sont celles d'une croissance mondiale quasiment stationnaire, les données récentes ont été décevantes et les indicateurs laissent entrevoir un ralentissement de la croissance dans certaines grandes économies, malgré l'effet positif exercé sur l'activité par la faiblesse des cours du pétrole et des taux d'intérêt », s'est inquiétée son économiste en chef, Catherine Mann.

L'Allemagne dans le viseur

Après la crise financière de 2008, la machine est-elle en train de s'enrayer ? L'organisation internationale fait en tout cas preuve d'un désarroi croissant face à la situation économique. « La relation entre l'emploi et les salaires est cassée, comme celle entre le coût du capital et l'investissement, celle de la compétitivité des devises et des exportations, ou encore la relation entre le prix du pétrole et la croissance », a...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant