Et si, cet été, on apprenait les gestes qui sauvent...

le
0
Et si, cet été, on apprenait les gestes qui sauvent...
Et si, cet été, on apprenait les gestes qui sauvent...

Comme n'importe quelle personne venue se former aux gestes de premiers secours, elles sont penchées, l'air studieux, sur un mannequin, en train de lui faire un massage cardiaque. Sauf que, face à elles, c'est la mer et leurs tee-shirts laissent parfois échapper une bretelle de maillot de bain. Les tongs aux pieds balaient les derniers doutes : ces gens-là sont en vacances. Hier, à La Ciotat, c'était la première étape de la Caravane d'été de la Croix-Rouge qui sillonnera huit autres villes* jusqu'au 20 août pour sensibiliser aux gestes qui sauvent. Toute la journée d'hier, elle était installée sur l'esplanade Langlois, près des plages.

 

« La Ciotat était une étape prévue de longue date, bien avant l'attentat de Nice, précise-t-on au siège de la Croix-Rouge à Paris. Il est certain que nous intervenons dans une zone qui a été cruellement touchée. » La tuerie du 14 Juillet a-t-elle eu un effet pour que ces vacanciers quittent leur parasol le temps d'une initiation ? Savent-ils seulement que le projet Adoptons les comportements qui sauvent, porté par la Croix-Rouge, les sapeurs-pompiers de France et la Protection civile, a été déclaré en mai grande cause nationale 2016 par le gouvernement ?

 

Sophie, une infirmière de La Ciotat, en vacances dans sa ville, s'est inscrite. « De par ma profession, je suis déjà formée, bien sûr. Mais cela intéressait ma grande fille de 11 ans. Je l'ai donc accompagnée, ainsi qu'une amie institutrice venue avec ses deux enfants. Avec tout ce qui se passe en ce moment, ce n'est pas plus mal qu'ils soient sensibilisés à ces gestes et surtout qu'ils apprennent à repérer le danger. » Ilona, sa fille, ajoute : « Je savais déjà faire la position latérale de sécurité que j'ai apprise à l'école, ainsi que les numéros d'urgence, mais pas le massage cardiaque. Maintenant je peux aider quelqu'un. »

 

« Ça rassure de voir tous ces jeunes, souffle Ana, de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant