Et si c'était Gameiro la surprise du chef ?

le
0
Et si c'était Gameiro la surprise du chef ?
Et si c'était Gameiro la surprise du chef ?

Pendant que son ancien club, le PSG, vivait une semaine plus que délicate, Kevin Gameiro a lui retrouvé le sourire. Car après avoir marqué avec le FC Séville jeudi contre le FC Porto (ndlr : le club espagnol rencontrera le FC Valence en demi-finale de la Ligue Europa), l'attaquant français a récidivé ce week-end lors du derby face au Bétis (2-0, 33eme journée de Liga). L'ancien Lorientais a inscrit les deux buts de son équipe, ses douzième et treizième buts en Liga cette saison (ndlr : 19 toutes compétitions confondues). Pas mal pour une saison d'adaptation, d'autant qu'il n'a été titulaire qu'à seize reprises depuis son arrivée en Andalousie. « Pour une première à l'étranger, dans un nouveau championnat et avec l'obligation de s'adapter à une nouvelle culture, c'est bien », confirme l'intéressé dans un entretien au Parisien. Même s'il admet que tout n'est pas encore parfait et qu'il compte sur le relais de Stéphane Mbia dans le vestiaire, le joueur de 26 ans est ravi d'avoir tenté sa chance en Espagne.

Difficile de faire oublier Alvaro Negredo et ses 86 buts en 180 matchs

Pour la langue, en revanche, il va falloir encore un peu de temps. « Ttout se fait en espagnol, les consignes, les causeries du coach. Et à part Stéphane (ndlr : Mbia), personne ne parle français. J'ai progressé. Mais je comprends plus que je ne parle vraiment l'espagnol. » Sur le terrain en tout cas, la compréhension semble totale avec ses partenaires. Il est encore bien loin évidemment de faire oublier Alvaro Negredo et ses 86 buts en 180 matchs avec le FC Séville mais le Français apprend au contact d'Unay Emery, le coach basque des Palanganas. Et Sanchez-Pizjuan semble déjà l'avoir adopté. Ce qui n'est malheureusement pas le cas de tout le monde. Didier Deschamps en tête. Mais le natif de Senlis part de loin, lui qui n'a plus été appelé en Bleus depuis le 11 novembre 2011, soit trois ans et demi. Presque une éternité.

Antoine Griezmann l'a déjà devancé

D'autant qu'un certain Antoine Griezmann lui a déjà grillé la politesse lors du dernier match amical face aux Pays-Bas. Après tout, rien n'est impossible. Avec trois buts de moins que l'attaquant de la Real Sociedad, Gameiro est dans les clous pour aller au Brésil. Sa polyvalence pourrait lui offrir un ticket pour le Mondial. Lui y pense plus que jamais. « C'était un objectif en signant ici, confirme-t-il dans son interview au Parisien. Ça passait par une très bonne saison. Le plus important est de marquer. Je me dis pourquoi ne pas y aller ? Dans le foot tout est possible. Je suis dans la liste des 30 à 40 joueurs susceptibles d'être retenus. » Le choix de Didier Deschamps s'annonce plus que jamais cornélien. Abondance de biens ne nuit pas?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant