Et si c'était enfin l'année d'Alessandrini ?

le
0
Et si c'était enfin l'année d'Alessandrini ?
Et si c'était enfin l'année d'Alessandrini ?

Auteur d'un doublé contre Bastia, Romain Alessandrini a encore été l'un des Marseillais les plus en vue dimanche soir. Football365 vous explique pourquoi cette saison pourrait être celle de l'ancien Rennais.

Parce que Michel lui fait confiance

Souvent contraint d’entrer en cours de match ou de quitter le terrain avant les autres du temps de Bielsa, Romain Alessandrini (26 ans) n’a pas manqué la moindre minute de jeu depuis l’arrivée de Michel aux commandes. Une confiance qui s’est traduite dimanche soir face à Bastia par le premier doublé en L1 de l’ancien Rennais, impliqué sur cinq des sept derniers buts de son équipe. Ce dernier ne s’en est jamais caché : il marche au moral. Et lorsqu’il sent son entraîneur derrière lui, comme c’est le cas avec Michel, il se sent pousser des ailes et donne le meilleur de lui-même. Cela s’est vu dimanche soir avec un Alessandrini très actif offensivement et qui a fait oublier son déchet sur certaines actions par un investissement de tous les instants et de nombreuses tentatives. Déjà buteur contre Troyes, il a fait encore mieux face aux Bastiais avec ces deux buts qui ont permis à l’OM de prendre le large. « Je ne fais pas un très bon début de saison mais j’arrive à être décisif », analyse très modestement le joueur.

Parce qu’il sort d’une saison frustrante et a une énorme envie de jouer

Pratiquement aligné à chaque rencontre à Rennes, Romain Alessandrini a dû se contenter d’un match sur deux la saison dernière (treize titularisations en 26 apparitions). Pour ce joueur qui a besoin d’enchaîner les parties pour pouvoir offrir la pleine mesure de son potentiel, la situation a été très dure à vivre. Ce n’est donc pas un hasard s’il ne semblait pas vraiment dépité après le départ de Marcelo Bielsa. Le gaucher, frustré pendant un an et stoppé à deux reprises par des blessures, n’a qu’une envie aujourd’hui : rattraper le temps perdu depuis son arrivée à l’OM. Michel lui en donne l’opportunité et cela se ressent dans chaque course du milieu offensif révélé à Clermont (L2). Alessandrini mord dans chaque ballon et affiche une détermination incroyable sur chacune des situations qu’il a à jouer. La rage qu’il a laissé exploser après son premier but dimanche soir atteste elle aussi de l’énergie qu’il a à revendre après une première saison marseillaise très frustrante. « J’ai envie de bien faire, je donne tout à chaque match et chaque entraînement, faisait-il noter dimanche soir en zone mixte (…) J’essaye de tenter au maximum, avec plus ou moins de réussite. Je suis un joueur offensif et je me dois de tenter beaucoup de choses ».

Parce qu’il a envie de jouer l’Euro

On a tendance à l’oublier mais Romain Alessandrini n’est toujours pas un international français. La faute à cette sélection à laquelle l’ancien Rennais avait dû renoncer en février 2013. En état de grâce sur son côté gauche cette saison-là, le Marseillais de naissance avait été brutalement stoppé dans son élan par une rupture des ligaments croisés contractée face à Lille, quelques jorus seulement après avoir été convoqué par Didier Deschamps pour un match amical face à l’Allemagne. Depuis, il attend toujours d’humer un jour l’ambiance du groupe France. Avec un rêve secret : faire ses grands débuts avec les Bleus lors de l’Euro en France. Pour cela, Alessandrini va devoir mettre la barre aussi haut qu’il avait su le faire il y a deux ans avec le Stade Rennais, obligeant Deschamps à le retenir dans sa liste. « Je vais tout donner pour espérer être dans le groupe France », a admis le héros de la victoire marseillaise dimanche soir sur Canal Plus. Alessandrini reconnaît aussi qu’il rêve de marcher sur les pas d’André-Pierre Gignac, originaire comme lui de la région. La route semble encore longue mais pas impossible à prendre.

L’avis de Romain Alessandrini
J’ai envie de bien faire, je donne tout à chaque match et chaque entraînement et ça, je pense qu’on ne peut pas me le reprocher. Après, j’ai plus ou moins de réussite mais je suis un humain avant tout. On tape assez facilement sur les joueurs et ce soir (dimanche), j’avais à cœur de tout donner et d’être moi tout simplement. J’ai encore beaucoup de choses à corriger, seul le travail me permettra de pouvoir faire mieux, sur des passes et des centres notamment. Ce soir, je vais engranger un peu plus de confiance et j’espère que ça ira mieux dans les semaines à venir. J’essaye de tenter au maximum, avec plus ou moins de réussite, je suis un joueur offensif et je me dois de tenter beaucoup de choses, j’ai des soirs où ça va, des soirs où ça va pas, je vais tout faire pour qu’il n’y en ait pas beaucoup.

Propos recueillis par notre correspondant à Marseille, Karim Attab

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant