Et Ranieri donna la leçon à Van Gaal

le
0
Et Ranieri donna la leçon à Van Gaal
Et Ranieri donna la leçon à Van Gaal

Référence de l'entre-deux-siècles, le FC Valence des années 2000 s'est construit en trois soirées de février 1999. En dix jours, Ranieri et ses soldats vont battre trois fois le Barça de Van Gaal. Avec une dose de Mendieta dans les veines et la folie d'un buteur intenable.

C'est un pou. Un homme qui gratte les défenseurs adverses, plus rapide que les autres, plus vif que ses adversaires directs. Il a un ennemi intime. Un symbole avec un costume à trois bandes, du bleu et du grenat. Un monstre catalan avec à sa tête une tête de con qui se veut révolutionnaire. Un philosophe devenu roi à Amsterdam et qui souhaite dicter son dogme à Barcelone, par la force. On le surnomme Pélican, mais son vrai nom est Van Gaal. Le Hollandais est arrivé deux ans plus tôt en Catalogne avec une idée fixe : couper avec la période Cruyff et que le Barça change pour évoluer. Louis van Gaal a sa propre vision du football. Il le voit comme un jeu basé sur l'effort perpétuel, alors que Cruyff, lui, partait d'abord du plaisir. En février 1999, Barcelone est alors tenant du titre de champion d'Espagne. Le club domine également la saison en cours et file vers un deuxième sacre de rang.

La rigueur et l'effort


Reste qu'il y a ce pou. Ce parasite. Il est argentin et joue pour le FC Valence sous les ordres d'un autre philosophe du football moderne, Claudio Ranieri, arrivé dans la ville en 97 après avoir quitté son amour reconstruit à Florence. Ranieri, contrairement à Van Gaal, est un entraîneur qui s'adapte à la culture sportive d'un pays. "C'est quelqu'un qui est loin d'être con. Il sait charmer quand il arrive dans un nouveau championnat. Il joue avec ses connaissances, car il connaît, en plus, très bien le football et son histoire", raconte aujourd'hui son ancien joueur, Alain Roche, arrivé à Valence en 1998. Pour sa première saison, Ranieri termine neuvième de Liga, mais il le sait et l'affirme lors de l'été 98, son Valence peut "rivaliser avec le Barça et le Real". Le club che n'a alors rien remporté depuis vingt ans, à l'exception d'un titre de champion de seconde division en 1987.

Ce pou argentin, c'est Claudio López. Un type débarqué en Europe trois ans plus tôt. Un buteur né. Ranieri va alors le faire exploser. On est donc au début d'année 1999. Le 18 février plus précisément. Le Barça accueille ce soir-là le FC Valence, au Camp Nou, en quart de finale aller de la Coupe du Roi. Deux styles s'opposent, Van Gaal affronte Ranieri. "À cette époque, Van Gaal était bien sûr déjà une référence. Il y avait de l'appréhension avant cette rencontre, forcément, comme à chaque fois que tu dois…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant