Et Neuer arrêta le temps

le
0
Et Neuer arrêta le temps
Et Neuer arrêta le temps

Si Marty McFly n'est pas encore là, Manuel Neuer l'est déjà. Homme du futur, clone ou réplicant, il a démontré face à Walcott que ses pouvoirs dépassaient l'entendement. Avant de se brûler les ailes.

Nous sommes le 21 octobre 2015. Le futur ne ressemble pas à ce qu'on avait pu imaginer. Certes, l'hoverboard se rapproche de jour en jour - même si cela ne fonctionne toujours pas vraiment sur l'eau et que son utilité reste à prouver - ainsi que les chaussures auto-laçantes, peut-être même pour aujourd'hui. On n'hydrate pas encore nos pizzas, mais on sait déjà comment les imprimer, ce qui est encore mieux. Nos téléphones ne se portent pas encore sur les yeux. Reste que le présent manque cruellement de voitures volantes. Pourtant, à l'aube de ce jour, une pensée s'installe. Si l'être humain demeure incapable de voyager dans le temps - il ne le pourra probablement jamais -, il a le pouvoir de l'arrêter. Par la grâce d'un arrêt. Evident.

Le 20 octobre 2015, Arsenal défie le Bayern Munich à l'Emirates Stadium en phase de poule de Ligue des champions. Peu après la demi-heure de jeu, Nacho Monreal adresse un centre parfait, qui lobe Xabi Alonso et David Alaba. Idéalement placé, plein axe, pied droit sur la ligne des six yards, bien équilibré, Theo Walcott récolte l'offrande et place un coup de tête puissant et décroisé. Imparable. L'Anglais se retourne, Aaron Ramsey et Santi Cazorla lèvent les bras pour célébrer cette magnifique ouverture du score. La machine à clean sheet s'est enfin enrayée. Derrière la cage, le porteur de drapeau des Gunners soulève son gigantesque étendard, prêt à l'agiter de joie. Le chrono indique 33:04. Manuel Neuer vient d'arrêter le temps.

Another brick for Walcott


L'Allemand est vif sur ses appuis. Le voilà déjà presque au sol. Aucune grâce féline, aucune élégance particulière n'émane de lui. Son mouvement n'est pas courbe, relâché, aérien. Son geste n'est que puissance. Une puissance impérieuse, absolue, commandant le respect. Une puissance qui se propage jusqu'au bout de ses doigts, d'une main trop ferme, immobile à l'impact. Et déjà, il se relève pour boucher l'angle à Ramsey, qui en aurait peut-être eu un meilleur s'il avait envisagé la possibilité d'un miracle. Un miracle, oui. Theo Walcott a marqué un but mais Neuer l'a arrêté,…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant