Et maintenant un crédit d'impôt... pour stériliser les animaux de compagnie

le
0

Les députés ont commencé à examiner le budget 2017. La palme de l'idée la plus surprenante revient cette année à Jean-Luc Laurent, député MRC du Val-de-Marne.

La créativité fiscale des députés ne connaît pas de limites. Le cortège d'amendements accompagnant le budget 2017, que les députés examinent en séance depuis mardi soir, le prouve une nouvelle fois. La palme de l'idée la plus surprenante revient cette année à Jean-Luc Laurent, député MRC du Val-de-Marne. Il a en effet déposé, avec neuf collègues, un amendement créant un crédit d'impôt afin d'inciter les Français à stériliser leurs animaux de compagnie - on en compte 63 millions en France.

L'argumentaire est imparable. «Compte tenu des problèmes qu'engendrent la surpopulation animale et notamment les énormes difficultés auxquelles sont confrontés les organismes de protection animale, il est urgent de prendre des mesures visant à limiter les trop nombreuses reproductions d'animaux.» Or «de nombreux ménages» n'ont pas toujours les moyens, poursuit le député, de financer une stérilisation de leurs compagnons à quatre pattes. L'opération coûte 130 euros en moyenne pour un chat, et jusqu'à 400 euros pour un chien. D'où des abandons, voire «des euthanasies».

Toujours dans le domaine animal, deux amendements similaires, l'un de droite, l'autre de gauche, proposent de ramener à 5,5 % le taux de TVA des parcs zoologiques. Il s'agit ici d'annuler la hausse du taux de TVA de 5,5 % à 10 % subie par les zoos entre 2012 et 2014. Le retour à la situation d'avant 2012, estime le secteur, permettrait de créer 350 emplois. Et de mettre du beurre dans le fourrage des girafes et des antilopes?

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant