Et maintenant les Rugbyfolies !

le , mis à jour à 06:55
0
Et maintenant les Rugbyfolies !
Et maintenant les Rugbyfolies !

Les yeux plongés dans la lecture de l'étiquette de son yaourt à la fraise, Brock James semble soucieux. Vincent Merling, le président du Stade rochelais depuis vingt-cinq ans, vient au secours du demi d'ouverture. « Tu peux y aller, c'est du allégé », lui lance-t-il. « Non, non, je regarde le sucre... » répond l'ancien Clermontois, en continuant de scruter son dessert. « Alors lui, c'est quelque chose ! » souffle le président de 66 ans, impressionné par le professionnalisme de l'Australien.

 

Tandis qu'au pied des tours du vieux port, la foule se presse pour admirer les stars du Festival de la fiction TV, la réussite du Stade rochelais en ce début de saison a l'avantage, pour sa part, d'être bien réelle.

 

Après 4 journées, c'est en leadeur du Top 14 que La Rochelle, 11e budget du championnat (18,2 M€), se déplace aujourd'hui à Brive. Avec un taux de remplissage de 99 % de son stade la saison dernière et 11 400 abonnés pour 15 000 places, La Rochelle n'en finit plus de surprendre.

 

« Il y a une ville derrière eux et ils le savent », témoigne Nathalie, dans le salon de coiffure de Didier qui approuve : « La Rochelle a toujours été fière de son club ». « Ça, c'est vraiment la récompense suprême », admet, ému, Vincent Merling.

 

Dans les couloirs de l'institution jaune et noir, la position en tête du Top 14, n'a rien changé si ce n'est pour Chloé Stevenet, la responsable de la communication, qui doit gérer un peu plus de demandes que d'ordinaire. « On a devant nous un championnat tellement fort, tellement long, tellement dur, qu'on sait que cette situation est précaire, explique le président. Cette première place fait notre fierté aujourd'hui, mais on en connaît la fragilité. »

 

A tous les étages, le discours est le même. « Je ne crois pas qu'on a évoqué une seule fois durant la semaine cette place de premier qui ne veut rien dire », lâche ainsi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant