Et maintenant, dégustez avant d'acheter chez un caviste !

le
1
WinebyOne, un caviste trois en un qui fait office de bar à vin, caviste et club de dégustation WinebyOne
WinebyOne, un caviste trois en un qui fait office de bar à vin, caviste et club de dégustation WinebyOne

(Relaxnews) - La tendance est encore discrète, mais elle gagne à être connue. Il n'est plus impossible aujourd'hui de déguster au verre le vin que l'on souhaite acheter chez un caviste. Pour l'heure, seules trois adresses emblématiques à Paris ont construit leur spécificité sur ce concept, décliné pour rassurer les amateurs, mais aussi aiguiser leur nez. Explications. 

Ce soir, vous recevez vos amis autour d'un repas aux notes de la mer. Et pour accompagner huîtres et autres saveurs marines, le vin ne sera pas oublié. Le vin, parlons-en. Vous l'aimez ! Cependant, de là à imaginer pouvoir choisir vous-même l'étiquette adéquate, il y a tout un monde. Heureusement que le caviste du quartier saura vous renseigner. A ce propos, vous fait-il déguster le nectar que vous vous apprêtez à régler ? 

Soyez sûrs de ce que vous achetez

Car aujourd'hui il n'est pas impossible de s'adonner à une dégustation pour confirmer son goût et son choix. "Les consommateurs ont besoin de preuves. Ils veulent s'assurer que le produit correspond bel et bien à leurs attentes" souligne Philippe de Laulanié, co-gérant de Wine Touch, une cave à vins qui surfe justement sur la tendance, dans la pittoresque rue Quincampoix, à Paris. Un écrin historique de choix, puisque que les clients s'enfoncent dans une cave du XVIIe siècle pour découvrir une sélection de 80 nectars mis en dégustation sur 100m2. 

Les flacons sont soigneusement entreposés dans des machines à l'allure high-tech. Il n'y a qu'à sélectionner la contenance de son verre : 3cl, 6cl ou 12 cl. Une carte à charger au préalable avec le montant de son choix fait office de moyen de paiement. Tout est aussi simple que la soirée qui s'apprête à démarrer autour d'une assiette de charcuterie et de fromages, à commander une fois installé. 

Les grands crus s'ouvrent à tous

Le plaisir est accessible dès un euro, prix de départ. Les oenophiles qui n'ont pas les moyens de s'offrir de grandes bouteilles trouveront ici, chez Wine Touch, l'opportunité de tremper les lèvres dans un grand cru du fameux classement de 1855 signé Pontet-Canet, pour l'année 2007. Comptez 5,50 euros le verre. Les amoureux de Bacchus peuvent compléter leur découverte chez le réseau de cavistes Lavinia qui a mis au point le même procédé pour déguster du Mouton Rotschild, du Cheval Blanc, ou du Haut-Brion. 

Un nouveau concept pour aiguiser son palais

Voilà que les grands vins se démocratisent, alors même que les connaisseurs s'insurgent de ne plus avoir accès à de prestigieux crus bordelais, dont les prix frisent aujourd'hui avec l'irraisonnable ! Car ce nouveau concept de caviste n'offre pas seulement une nouvelle vision du commerce du vin. Il a aussi été affûté pour développer les connaissances des consommateurs, qui ont soif d'apprendre. C'est l'état d'esprit que revendique Stéphane Girard, créateur de WinebyOne, considéré comme le précurseur du phénomène dans la capitale.

Le fondateur est un habitué du sujet, puisqu'il a voyagé à travers le monde pour dispenser des cours de dégustation. Son crédo avec ses deux adresses parisiennes : "rendre le vin accessible à tous, en permettant des dégustations de qualité", a-t-il confié à Relaxnews. L'expert met un point d'honneur à ce que chacun de ses clients, qui a pris le temps de s'assoir pour découvrir un vin, ressorte de la boutique avec une information qu'il a apprise. Des tablettes tactiles sont d'ailleurs à la disposition des consommateurs et racontent les vignerons sélectionnés par le caviste, les cépages mis à l'honneur, le travail dans les chais... "Quand nous avons lancé l'idée, je pensais que seuls 5 à 10% de nos clients seraient intéressés par l'initiative. Et finalement, tous les consommateurs s'en servent", se réjouit le spécialiste. 

Le vin au verre, la tendance qui décomplexe

De son côté, Wine Touch  invite une fois par mois un producteur à venir à la rencontre des consommateurs, pour présenter l'une de ses cuvées autour d'une dégustation gratuite. Ce n'est pas nouveau : l'air est à la désacralisation du vin. "Longtemps, le milieu a été incarné par des hommes qui se donnaient la réplique en faisant résonner des notes de dégustation impossibles à détecter pour le grand public", commente Stéphane Girard.

A WinebyOne, on vient sans complexe, sans rougir de honte parce qu'on ne sait pas distinguer un Chablis d'un Gevrey Chambertin. Une initiative qui confirme par ailleurs la tendance à la féminisation de l'univers du vin. "Chez nous, les femmes représentent plus de 50% de notre clientèle", assure le fondateur de WinebyOne. Et de raconter "avant, elles avaient l'habitude d'accompagner leur mari dans un bar à vin. Petit à petit, elles se sont mises à venir entre copines grâce à l'offre du vin au verre. Mais, encore fallait-il qu'elles trouvent une adresse où elles ne sentent pas complexées de ne pas avoir la science infuse sur ce qu'elles dégustent".

En cela, WinebyOne s'impose comme un club de dégustation à part entière. La découverte est accessible dès 0,80 euro jusqu'au verre de Château d'Yquem à 20 euros.  Il n'y a qu'à passer à la caisse pour prolonger le plaisir et l'apprentissage en toute intimité, à la maison. Toutes les bouteilles à la dégustation sont disponibles à l'achat.

Pour l'heure, les amateurs ont à leur disposition auprès de ces trois adresses de caviste d'un nouveau genre quantité d'étiquettes de vin exclusivement tranquilles. Bientôt, les papilles débutantes sauront aussi distinguer une bulle d'un blanc de noirs ou celle d'un zéro dosage. Tous veulent faire le pari du champagne à servir au verre. Un défi technique puisque les machines doivent parvenir à servir un élixir avec la même qualité dégustée à l'ouverture du flacon. WinebyOne serait le premier à avoir trouvé la solution puisque l'offre vient d'être lancée dans la boutique de la rue de Marignan. Wine Touch marcherait dans le même sillon à succès...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sidelcr le lundi 4 aout 2014 à 10:06

    Pourquoi ? ils ne le faisaient pas auparavant ?