Et le boulevard périphérique vit le jour en 1973...

le
0
VIDÉO - La Ville Lumière fait rêver. Mais connaissez-vous vraiment son histoire? En partenariat avec Le Pavillon de l'Arsenal, chaque semaine, Le Figaro Immobilier vous fait remonter le temps. Épisode 11 : la ville en mouvement. Ah ce bon vieux périph'! Combien de fois l'avons-nous emprunté pour aller au travail ou à un dîner chez des amis? Combien de fois l'avons-nous privilégié ou évité pour s'épargner les embouteillages? Le onzième épisode de notre feuilleton sur Paris, en partenariat avec Le Pavillon de l'Arsenal, porte justement sur celui qu'on avait coutume d'appeler au départ le boulevard périphérique. Mais pour faire plus court, il est devenu le périphérique et même le périph' pour ceux qui le pratiquent régulièrement. Que savons-nous sur cette voie circulaire qui fait le tour de la capitale? Qu'elle est longue d'un peu plus de 35 kilomètres, qu'elle a été construite de 1956 à 1973 - soit 17 ans de travaux, comme le temps qu'il a fallu au baron Haussmann pour remodeler Paris - sur l'ancienne «zone non aedificandi» (non constructible) qui séparait Paris de sa banlieue et qu'à l'époque ce vaste projet aura coûté deux milliards de francs de l'époque. Aujourd'hui, le boulevard périphérique est emprunté par des centaines de milliers de véhicules chaque jour, causant de nombreuses nuisances et provoquant les rejets de gaz polluants ou de particules dans l'atmosphère. Pour remédier au bruit, un programme de construction d'écrans antibruit a été mis en œuvre de 1985 à 1994, puis un programme de couverture de certaines sections a été engagé en 2000: la porte des Lilas de 2005 à 2007 et la porte de Vanves de 2006 à 2008.Le chantier des voies express sur berge C'est aussi au milieu des années 1950 que débute la construction des voies express le long de la Seine - les fameuses voies sur berge - pour faciliter la circulation. Les travaux prennent fin en 1967. Cette année-là, le premier ministre en personne, George Pompidou, inaugure, le 22 décembre, en autocar la voie express rive droite, de la porte de Saint-Cloud au pont National. Un trajet de 13 kilomètres - sans croisement ni feux rouges - qu'il parcourt en... 13 minutes. La vitesse était limitée à l'époque à 60 kilomètres-heure. «La voie express est un bon exemple de conciliation entre ces deux préoccupations. Si nous devons rester des amoureux de Paris, encore ne faut-il pas aimer toutes les verrues sous prétexte qu'elles sont anciennes», déclarait-il à l'époque. Depuis le 1er décembre 2015, et une décision du Conseil de Paris, elles sont fermées aux conducteurs à partir de l'entrée du tunnel des Tuileries (1er arrondissement) jusqu'à la sortie du tunnel Henri-IV (4e arrondissement).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant