Et la Serie A vit le jour...

le
0
Et la Serie A vit le jour...
Et la Serie A vit le jour...

Le 6 octobre 1929, il y a très exactement 86 ans, le football italien assistait à la toute première journée de la Serie A telle qu'on la connaît aujourd'hui. L'occasion de découvrir le premier buteur, le premier penalty ou encore le premier CSC...

Il y a des noms destinés à rester encrés dans l'histoire. Et d'autres, non. Celui de Luigi Bajardi fait partie de la première catégorie. Et pourtant, rien ne l'y destinait. Cet ailier, connu aussi sous le nom de Bajardi I pour le distinguer de son frère Alfredo, lui aussi footballeur, a passé sa carrière entre Piacenza, la Pro Vercelli et deux petits clubs obscurs, la Villadossola et la Trecatese. Mais c'est bien à la Pro Vercelli qu'il va accomplir la majeure partie de sa carrière. 190 matchs, 51 buts. Propre.

Luigi Bajardi Cette carrière aurait pu rester anonyme si, le 6 octobre 1929, Luigi Bajardi n'avait pas écrit un morceau d'histoire du football italien. Alors que le coup d'envoi de la première journée de la Serie A 1929-30, celle qui remplace la Divisione Nazionale, a été donné depuis à peine trois minutes, Bajardi I trompe le gardien du Genoa, Manlio Bacigalupo. Luigi Bajardi devient ainsi le premier buteur de l'histoire de la Serie A.

14 équipes " reléguées "


Retour quelques mois en arrière. Quelques années, même. À la fin des années 20, l'Italie ne dispose toujours pas d'un championnat unique. La Divisione Nazionale, soit la première division, comporte en effet deux groupes, le Girone A et le Girone B, au terme desquels les champions s'affrontent pour définir le champion d'Italie. Mais lors de la saison 1928-29, qui verra finalement Bologne triompher du Torino en finale nationale, les dirigeants de la Fédération italienne décident de changer. Il faut une réforme. Il faut se calquer sur les modèles des championnats plus développés, comme l'Angleterre, l'Espagne, la Hongrie ou l'Autriche. Évidemment, certains clubs tirent la tronche. Car qui dit Serie A unique dit forcément réduction du nombre de clubs dans l'élite. C'est d'ailleurs pour cette raison que la Fédé avait, jusqu'ici, repoussé toute tentative d'uniformisation du championnat. Mais cette fois-ci, le président de la FIGC, Leandro Arpinati, est bien décidé à faire changer les choses : la Serie A 1929-30 sera un championnat unique ou ne sera pas.

Débutent alors les grandes réformes. Il faut…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant