Et Jesus devint Judas

le
0
Et Jesus devint Judas
Et Jesus devint Judas

Tout partait d'une rumeur du journal A Bola que tout le monde pensait bidon. Finalement, Jorge Jesus a bien quitté Benfica pour le Sporting, son club de cœur. Le Portugais pourrait amasser jusqu'à 18 millions d'euros en trois ans.

Mercredi soir, un fort séisme a secoué le football portugais. Un acte de haute trahison a été commis à Lisbonne par l'entraîneur le plus coté de Liga Nos. Jorge Jesus, trois fois vainqueur de la compétition dont deux d'affilée avec Benfica, a décidé de faire ses valises et marcher quelques mètres avant de les reposer devant l'Estadio José de Alvalade XXI, sa nouvelle maison. Sa seule demeure, en fait. Le Sporting, c'est une histoire de famille chez les Jesus. Le père de Jorge, qui ne jure que par les Leões, voit un rêve se réaliser quand son rejeton est accepté chez les jeunes du Sporting en 1971. Jorge ira même jusqu'à représenter l'équipe professionnelle en 1975-76, mais son talent précaire ne lui permettra pas de défendre les couleurs de son club de cœur plus longtemps. Le Portugais a donc attendu 40 ans afin de pouvoir réaliser son propre rêve et de tenir une promesse de longue date faite à son père, aujourd'hui dans un état quasi végétatif, rarement lucide et à même de reconnaître le fiston quand celui-ci vient lui rendre visite. Une promesse qui lui coûte déjà le mépris du peuple encarnado et de ses dirigeants. Le président Luis Filipe Vieira s'est dit "déçu mais pas surpris" tandis que João Gabriel, directeur de communication des Aigles, n'a pas été tendre avec le traître. "Je suis reconnaissant envers Jesus pour l'ingratitude dont il a fait preuve. Il a démontré que nous méritions de changer (d'entraîneur). Je lui suis reconnaissant L'année prochaine, nous aurons un entraîneur impliqué dans son club et non pas seulement dans son égo et son compte en banque." Avec un contrat de 3,2 millions d'euros annuels qui pourrait grimper jusqu'à 6 millions d'euros en fonction des résultats et faire de lui le 20e entraîneur le mieux payé du monde, Jorge Jesus n'aura plus besoin de se préoccuper de la santé de son compte bancaire.

D'où vient l'argent ?


Plus que la trahison, c'est bien le montant annuel versé par le Sporting à son futur entraîneur qui choque. Oui, les finances du club sont saines, redressées par un travail remarquable du président Bruno de Carvalho et son équipe. Oui, le club va sûrement vendre un ou deux éléments pour en retirer des liquidités Mais la somme, astronomique pour le championnat portugais, l'est encore plus lorsqu'on sait qu'il y a deux ans, le Sporting était de loin le plus pauvre des trois gros et que le club d'Alvalade…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant