Et Gallas swingua....

le
0
Et Gallas swingua....
Et Gallas swingua....

C'est tout pour lui. A 37 ans, William Gallas met fin à sa carrière, après une dernière aventure australienne qui a pris tout le monde à contre-pied. Un peu comme tout le reste de sa carrière.

La dernière fois que William Gallas a fait parler de lui, c'était en février dernier. Les images de son dégagement raté face au Western Sydney faisait « loler » la planète entière, rappelant par la même occasion aux étourdis qu'il n'était pas encore tout à fait retraité. Une boulette qui illustre à merveille les propos que l'ancien défenseur de 37 ans tient dans l'interview diffusée jeudi soir sur L'Equipe 21 : « On se dit qu'on peut toujours continuer, mais bon, je pense qu'aujourd'hui je ne peux plus ». Après une dernière pige au pays des kangourous et des travelleuses, l'ancien Marseillais a décidé de raccrocher, au soir d'une carrière riche de 84 sélections, et d'un palmarès qui contient plus de sorties de route que de trophées.

C'est un soir d'octobre 1999, à 22 ans, que William Gallas est né au football. Au Vélodrome, face à un Manchester United tenant du titre et invaincu depuis dix-huit rencontres en Ligue des champions. Et c'est Stéphane Dalmat qui tient le rôle de la sage-femme, en l'envoyant dégainer son pointu face à Mark Bosnich. Un Australien, déjà. Ce soir-là, l'OM s'impose 1-0 et l'Angleterre découvre un joueur qu'elle va adopter durant douze saisons sans jamais vraiment parvenir à l'apprivoiser. Car au pays des traditions, le Guadeloupéen s'acquitte des convenances de façon très personnelle. Capable d'être le seul joueur de l'histoire à oser jouer pour Chelsea, Arsenal et Tottenham, où il portera à chaque fois le brassard, il réussit en même temps à se plaindre ouvertement du comportement de ses jeunes coéquipiers d'Arsenal, à qui il reproche un manque de courage, ce qui pousse Arsène Wenger à lui retirer le capitanat en 2008. Ce sens des valeurs à géométrie variable, Gallas l'exerce également chez les Bleus, où il s'efforce d'enseigner le respect des anciens sans trop de tact. A Samir Nasri, coupable de s'être assis sur le siège de bus habituellement occupé par Thierry Henry lors de l'Euro 2008, il avoue dans son autobiographie avoir lancé : « Comment tu me parles ? Pour qui tu te prends ? T'as que vingt ans, je ne suis pas ton ami ». De cette embrouille de colonie de vacances naîtra une relation houleuse entre les deux hommes, Nasri avouant plus tard qu'ils avaient « joué un an ensemble sans se parler » à Arsenal. Ce même respect de la hiérarchie, Gallas l'oubliera deux ans plus tard, en Afrique du Sud, en restant enfermé dans ce même bus, aux côtés d'Henry...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant