Et Cristiano égala Michel Platini, ou presque

le
0
Et Cristiano égala Michel Platini, ou presque
Et Cristiano égala Michel Platini, ou presque

Cristiano Ronaldo a réalisé un double exploit en ouvrant le score d'une tête puissante : dégager le chemin de la finale au Portugal, mais aussi se faire une place aux côtés de Michel Platini comme meilleur buteur de l'histoire de l'Euro, avec neuf pions. A la seule différence que la star du Real Madrid a eu besoin de 20 matchs et 4 éditions quand le Français a tout fait en 5 matchs et un seul tournoi.

Cela pourrait peser dans la balance en vue du prochain Ballon d'or. Tout comme les deux buts claqués le 22 juin pour maintenir le Portugal en vie alors qu'une élimination précoce se dessinait face à la Hongrie. C'est un peu tout seul que Cristiano Ronaldo est donc allé chercher un nouveau record ce soir : en ouvrant le score à la 50e minute face au Pays de Galles, il a placé son score personnel à 9 unités et s'est ainsi positionné à égalité de Michel Platini au classement des meilleurs buteurs de l'Histoire du championnat d'Europe. Un exploit qui n'en est pas totalement un si l'on considère que le bellâtre du Real est un habitué des rendez-vous continentaux depuis 2004.

2004, le millésime Ronaldo ?


Cette année-là, le Portugal reçoit. Et se casse les dents d'entrée sur un invité envahissant, la Grèce. Ronaldo n'a alors que 19 ans, sort d'une première saison timide à Manchester United (4 buts en Premier League) et débute le tournoi comme remplaçant de luxe. Il sauve l'honneur de la Nation lors du match d'ouverture (90e, 1-2), avant de s'imposer comme titulaire à partir du troisième match de poules contre l'Espagne. Cette première compétition majeure reste encore à ce jour la référence de l'attaquant : il gagne le duel des prodiges en quarts contre Wayne Rooney, puis marque le but décisif qui envoie les siens en finale lors de la demi contre les Pays-Bas. L'Histoire se termine mal, la Grèce d'Angelo Charisteas venant pourrir la fête. Mais Ronaldo a réussi son baptême du feu, 2008 doit être la confirmation.

L'accélération en 2012


Au moment de débarquer en Suisse et en Autriche, il sort d'une saison de feu avec les Red Devils - 31 buts en Premier League - jouit du statut de star incontestée de la Selecçao. Mais les choses ne se passent pas comme prévu : un seul but, contre la République tchèque en poules, et une élimination dès les quarts par l'Allemagne de Joachim Löw, alors tout frais successeur de Jürgen Klinsmann. Ce n'est finalement que sur les deux dernières éditions que Ronaldo a fait de l'Euro sa chose, avec trois buts en 2012 - doublé contre les Pays-Bas en poules, but décisif…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant