Estée Lauder s'offre l'adresse la plus chère de France

le
4
Le géant des cosmétiques louera 18.000 ? le m² sa boutique sur les Champs-Élysées.

Pour l'instant, la façade de l'immeuble au 78, Champs-Élysées est recouverte d'une bâche. Dessus, ce message elliptique: «MAC opening winter 2012». En fait, les travaux pour réaménager les locaux commenceront prochainement. Et cette marque américaine de maquillage, filiale d'Estée Lauder, ouvrira ici son magasin en novembre ou en décembre. Il prendra la place d'une boutique de l'enseigne de textile féminin, Infinitif, fermée il y a quelques mois.

L'arrivée d'un nouveau commerce sur la plus belle avenue du monde ne constitue plus un événement. Récemment, Abercrombie, Banana Republic ou Marks & Spencer se sont implantés ici. Mais c'est le prix déboursé par MAC pour planter son drapeau ici qui suscite l'émotion: 18.000 euros le m² chaque année pour les 200 m² les plus utiles de cette boutique. Ce prix faramineux comprend à la fois le loyer et le pas-de-porte, un droit d'entrée exigé lors de la signature du bail. Il sera versé à un particulier qui est le propriétaire.

Plus cher que sur la Cinquième Avenue à New York

En tout cas, ces 18.000 euros constituent un niveau record pour la France. Selon une étude du conseil en immobilier, Cushman & Wakefield, le m² de commerce sur les Champs-Élysées se négociait 7364 euros en septembre 2011, ce qui en faisait l'artère commerciale européenne la plus chère devant New Bond Street à Londres. «Aujourd'hui, les transactions s'effectuent en moyenne à 10.000 ou 11.000 euros sur cette avenue», explique un spécialiste. Avec 18.000 euros, on est même au-delà du prix moyen (16 704 euros) payé par les enseignes pour s'installer sur la Cinquième Avenue de New York, l'artère commerçante la plus chère du monde. En plus MAC, qui était en concurrence avec d'autres enseignes pour s'installer à cette adresse, a accepté de signer un bail très long: deux fois neuf ans pour cette transaction signée avec BNP Paribas Real Estate comme conseil.

Si la marque de cosmétiques a cassé sa tirelire, c'est qu'elle ne va pas faire une boutique de plus sur les Champs-Élysées. Pour la chaîne, qui dispose d'une trentaine de points de vente en France, ce magasin jouera le rôle de vaisseau amiral. «Cet espace de vente sera au moins trois fois plus grand que nos boutiques classiques, explique-t-on chez MAC. Quarante maquilleuses seront là pour servir les clients contre cinq habituellement et il y aura une variété de produits que nous présenterons seulement dans ce magasin.»

Ce loyer démesuré s'explique aussi par les particularités des Champs-Élysées: un flux extraordinaire (300.000 badauds de toutes nationalités par jour), des magasins qui ont l'autorisation d'ouvrir le dimanche et tous les jours jusqu'à minuit. Cerise sur le gâteau, le magasin de MAC sera situé au meilleur niveau de l'avenue et du bon côté (le pair). Et les locaux offrent une très belle surface en rez-de-chaussée, la configuration idéale des commerçants, effrayés à l'idée de faire monter les clients au premier étage ou de les faire descendre en sous-sol.

Pas sûr que ces conditions d'exploitation excellentes permettent à MAC de gagner de l'argent, compte tenu du loyer. «De toute façon, la plupart des enseignes considèrent que ce magasin est aussi un vecteur de pub et affectent une partie des dépenses de loyer sur le budget marketing», affirme Christian Dubois, directeur général de Cushman & Wakefield pour le commerce. N'empêche, ces loyers astronomiques qui réservent l'accès des Champs-Élysées la plupart du temps à des enseignes textile provoquent l'ire des élus. «Nous demanderons au premier ministre de regarder si on ne pourrait pas encadrer les loyers commerciaux dans les zones où il y a des abus», conclut Lyne Cohen-Solal, adjointe au maire de Paris, en charge du commerce.

LIRE AUSSI:

» Dernière ligne droite pour la vente du 52 Champs-Élysées

» L'immeuble de Virgin bientôt vendu sur les Champs-Elysées

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières à Paris avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6762365 le lundi 4 juin 2012 à 17:24

    bonne idée pour relancer la croissance, interdire les trucs qui marchent...un peu comme la location saisonnière à Paris

  • j.delan le lundi 4 juin 2012 à 13:52

    Où donc est la liberté d'entreprendre pour rèduire un peu le chomage ?

  • titide le lundi 4 juin 2012 à 11:27

    il faut faire payer encore plus cher dans ces quartiers chics pour construire des logements sociaux.Dans Paris et la proche banlieue (comme dans toute la France)la SNCF a de nombreux terrains en friche.

  • cs3000 le lundi 4 juin 2012 à 09:39

    Mais que fait donc Cécile Duflot pour plafonner les loyers?