Est-ce vraiment raisonnable de jouer en jogging ?

le
0
Est-ce vraiment raisonnable de jouer en jogging ?
Est-ce vraiment raisonnable de jouer en jogging ?

À chaque match de la Hongrie, c'est l'attraction. Gábor Király et son bas de survêtement attirent tous les regards. Pourquoi ? Depuis quand ? Dans quel but ? Est-ce un choix esthétique ou médical ? Est-ce vraiment raisonnable ? Enquête.

Aussi loin que l'on puisse remonter dans l'histoire du football, difficile de retrouver une autre trace d'un tel accoutrement. On peut donc presque parler d'une première pour Gábor Király. L'historien du football Paul Dietschy confirme : "Moi, j'ai le souvenir d'André Rey qui portait souvent des trucs longs, c'était au début des années 70. C'est d'ailleurs à ce moment-là que les gardiens ont commencé à porter des pantalons, ou des collants sous le short, bref à quitter le short. Mais jamais, je n'ai vu ce genre de jogging-là."

Ce genre de jogging-là ? Un vêtement large et lourd à mi-chemin entre ce que porte un gardien de handball et un mec le dimanche après-midi pour rester chez lui, dans le canapé, à mater du foot. Mais en aucun cas, une tenue de joueur professionnel : "En plus, cette matière-là prend et garde l'eau, c'est vraiment pas pratique. En tout cas, je n'ai pas le souvenir d'un gardien en équipe nationale qui ait pu porter ce genre de vêtements." Pour Émilie, jeune active dans le milieu de la mode, la raison de cette anomalie est simple : "C'est un truc anti-sex au possible. Le genre d'horreur que ta copine pourrait découper et balancer à la poubelle dès qu'elle en a la possibilité".

Superstition et pizzas


Mais alors pourquoi s'acharne-t-il ? Gábor Király est assez mystérieux là-dessus. Voire agressif : "Je m'en moque, je suis gardien. Pas top model." Car cette habitude ne lui date pas d'hier. Et il a subi des années et des années de moquerie. Au moins vingt ans. Alors gardien du Szombathely Haladás, son club formateur, il affiche pour la première fois ce bas de survêtement parce qu'il en a, selon la version officielle, marre de se geler et de se ruiner les genoux sur les pelouses givrées de Hongrie. Une utilité non négligeable vantée par les handballeurs, les gardiens et les médecins du sport. Ça tombe bien, Julien pratique les trois : "Je mettais un jogging avant tout pour ne pas me faire mal. Sur les surfaces pelousées et dans les gymnases, c'est mieux. Il y a forcément un intérêt médical là-dedans." Celui de s'éviter des pizzas sur les cuisses, donc.

Mais aussi d'endurer les longs moments de solitude que la condition de gardien de but inflige à ces "intermittents du spectacle". Paul Dietschy l'assure…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant