Essilor poursuivra les acquisitions malgré la crise

le
0

PARIS (Reuters) - Essilor International compte sur la nouvelle déclinaison de ses verres progressifs Varilux, son produit phare, pour maintenir son avance sur le marché de l'ophtalmologie et poursuivra les acquisitions en dépit de la crise.

Le numéro un mondial des verres correcteurs a publié vendredi des résultats semestriels en nette hausse, portés par l'accélération de ses ventes dans toutes ses zones géographiques.

La croissance des revenus à périmètre constant affiche toutefois un ralentissement au deuxième trimestre (+4,8%) par rapport au premier (+8,5%), notamment en raison des difficultés économiques des pays d'Europe du Sud, Espagne, Italie et Portugal en tête, une déception pour les analystes.

L'action Essilor reculait de 2,3% à 68,96 euros à la Bourse de Paris à 11h25, plus forte baisse du CAC 40 (+0,59%), après un gain de 2,53% la veille. L'indice Stoxx européen de la santé gagnait 0,09% au même moment.

"La croissance organique du deuxième trimestre est plutôt en dessous du consensus (+5,5%). A cela s'ajoute une performance un peu moins bonne en Europe", écrivent les analystes d'UBS dans une note de recherche.

Si l'Amérique du Nord affiche des revenus en hausse de 6,4% au premier semestre, l'Europe peine à suivre avec une progression plus limitée à 3,6%.

Essilor n'en a pas moins confirmé ses objectifs annuels avec en ligne de mire une progression des ventes comprise entre 12% et 15% hors change. La marge opérationnelle devrait se situer "autour de 18%", avant acquisitions stratégiques, a déclaré le PDG Hubert Sagnières au cours d'une conférence téléphonique.

En 2011, la marge opérationnelle hors acquisitions s'était établie à 18,2%.

"Notre stratégie (de croissance externe) porte ses fruits. En aucun cas nous ne ralentissons les partenariats et acquisitions, bien au contraire", a souligné Hubert Sagnières.

TOUJOURS PLUS DE PRESBYTES

Au premier semestre, Essilor a pris ou augmenté sa participation dans 14 sociétés qui représentent un chiffre d'affaires additionnel d'environ 63 millions d'euros en base annuelle. Dix de ces opérations ont été réalisées dans des pays émergents.

Si le rythme des acquisitions devrait se poursuivre, Essilor mise aussi sur le déploiement à grande échelle de sa nouvelle génération de verres progressifs Varilux S series, des verres à l'intention des presbytes lancés en 1959 qui ont fait la réputation de l'entreprise.

"C'est un produit qui s'adresse à 1,9 milliard de personnes de plus de 45 ans dans le monde et ce chiffre devrait atteindre 2,3 milliards en 2020", a fait valoir Hubert Sagnières.

Le chiffre d'affaires d'Essilor signe une augmentation de 22,8% à 2,53 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'année. Le résultat net part du groupe s'inscrit en hausse de 16,4% à 300,6 millions.

La marge opérationnelle ressort à 17,9%, acquisitions comprises, contre 18% un an plus tôt.

Matthias Blamont et Gilles Guillaume, avec Elena Berton, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant