Espionnage : un cadre licencié assigne Renault aux Prud'hommes

le
0
Michel Balthazard se donne quelques jours de réflexion pour se décider à engager d'autres poursuites contre son employeur, qui le suspecte d'espionnage industriel.

Xavier Thouvenin, avocat de Michel Balthazard, a confirmé en début de soirée que son client, l'un des trois cadres de chez Renaultsoupçonnés d'espionnage, a reçu samedi matin de son employeur une lettre de licenciement pour faute lourde. «Nous allons aux prud'hommes. En revanche nous avons décidé de prendre quelques jours de réflexion avant de décider si l'on engage d'autres procédures», a tenu à préciser Xavier Thouvenin.

Christian Charrière-Bournazel, un des avocats de Bertrand Rochette, également soupçonné d'espionnage, entend, quant à lui, faire une action en citation directe pour diffamation non-publique devant le tribunal de police dès lundi. «Je veux obliger la régie Renault à nous donner ce qu'ils considèrent comme leurs preuves», a déclaré au Figaro Me Charrière-Bournazel.

Il n'est pas exclu que Michel Balthazard engage également une procédure dans la mesure où la lettre qu'il a reçue est très semblable à celle de son collègue. «Dans sa le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant