Espionnage : Renault reconnaît ses erreurs

le
0
Les dirigeants présentent leurs excuses aux trois cadres licenciés injustement. Carlos Ghosn et Patrick Pélata conservent leur poste.

L'affaire d'espionnage présumé qui secoue Renault depuis le début de l'année, ne relève en réalité que «d'une possible escroquerie au renseignement», a indiqué lundi Jean-Claude Marin, le procureur de la République. Après avoir accusé ces trois personnes d'avoir «reçu des sommes d'argent de source étrangère » en «échange d'informations stratégiques pour l'entreprise », et avoir affirmé que Renault était «victime d'une filière organisée internationale », la direction du constructeur a dû reconnaître son erreur.

Carlos Ghosn, le PDG et Patrick Pélata, directeur général délégué, «présentent leurs excuses et leurs vifs regrets, à titre personnel et au nom de Renault, à MM. Balthazard, Rochette et Tenenbaum, mis en cause à tort dans ce dossier », ont-ils déclaré dans un communiqué. Ils «s'engagent à ce que réparation soit apportée aux trois cadres concernés et que leur honneur soit restauré aux yeux de tous, en tenant compte du grave p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant