Espionnage : opération transparence des géants d'Internet

le
0
Espionnage : opération transparence des géants d'Internet
Espionnage : opération transparence des géants d'Internet

C'est un petit aperçu des méthodes de la National Security Agency (NSA) qui fait froid dans le dos des internautes. Google, Apple et les autres titans du web américain et mondial ont publié lundi le nombre de requêtes secrètes qu'ils ont reçues du renseignement américain dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, une première depuis les révélations d'Edward Snowden sur l'espionnage sur internet.

Le renseignement américain a par exemple requis des informations sur 9000 à 10000 comptes Google les six premiers mois de 2013, et sur 12 000 à 13 000 comptes les six derniers mois, selon le blog officiel du géant de l'internet. Toutes ces demandes ont été faites dans le cadre de mandats de justice délivrés par le tribunal chargé de contrôler les opérations du renseignement (FISA).

Un échange d'informations contre le retrait des plaintes

Le gouvernement américain avait annoncé la semaine dernière qu'il permettait désormais aux grands groupes internet de rendre publiques davantage d'informations concernant leurs clients surveillés par le renseignement. En contre-partie, les groupes ont retiré la plainte qu'ils avaient déposée auprès du tribunal secret chargé d'ordonner les programmes de surveillance (FISC, Foreign Intelligence Surveillance Court).

«La publication de ces informations est un premier pas dans la bonne direction et défend les principes d'une réforme que nous avons appelée de nos voeux en décembre dernier»», a expliqué le responsable juridique de Google, Richard Salgado, dans un post. «Mais nous continuons à croire à la nécessité de davantage de transparence pour que chacun puisse mieux comprendre les mécanismes des lois sur la surveillance et juge si elles servent l'intérêt national».

Facebook, Microsoft, Yahoo...

Facebook, plus d'un milliard d'abonnés, a annoncé avoir reçu des mandats concernant 5000 à 6000 comptes sur les six premiers mois de 2013, 4000 à 6000 sur les six mois les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant