Espionnage : mobilisation générale de la high-tech américaine

le
0
Apple, Google, Facebook, Microsoft et Twitter écrivent à Barack Obama, au patron de la NSA et à des parlementaires américains pour exiger la transparence sur le nombre de données transmises dans le cadre de Prism.

Le scandale d'espionnage des communications par les États-Unis réussit à rapprocher les pires ennemis de la high-tech américaine. Jeudi, les plus grands groupes du pays ont fait parvenir une lettre commune au président Barack Obama, au directeur de l'agence de renseignement impliquée dans cette affaire, la NSA, au procureur général des États-Unis, Eric Holder, ainsi qu'à des parlementaires membres des commissions sur les questions judiciaires. Ils réclament de pouvoir publier le nombre précis de données sur leurs membres qu'ils sont contraints de transmettre aux autorités américaines.

Depuis que le scandale Prim a éclaté dans le Washington Post et le Guardian début juin, c'est la première fois que les sociétés qui participent à c...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant