Espionnage: les USA ne "fouinent" pas dans les mails des citoyens

le
0
Espionnage: les USA ne "fouinent" pas dans les mails des citoyens
Espionnage: les USA ne "fouinent" pas dans les mails des citoyens

Barack Obama a assuré mercredi à Berlin que les services de renseignement américains ne "fouinent" pas dans les courriers électroniques des citoyens européens ou américains."On est pas dans une situation où (les services de renseignement américains) fouinent dans les courriers électroniques ordinaires de citoyens allemands, de citoyens américains, de citoyens français ou de qui que ce soit d'autre", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au côté de la chancelière allemande Angela Merkel.Le président américain a toutefois défendu les interceptions de données téléphoniques et internet mondiales alors que le programme Prism de l'agence américaine de surveillance NSA a fait polémique en Allemagne, un pays marqué par l'espionnage quotidien dont était victime une large partie de la population dans l'ex-Allemagne de l'est communiste.Obama a assuré que l'espionnage de communications téléphoniques et électroniques avait "sauvé des vies" et qu'au moins 50 attaques avaient été déjouées grâce à elles, pas seulement aux État-Unis, mais aussi ailleurs dans le monde et particulièrement en Allemagne.Il a également assuré que les atteintes à la vie privée avaient été très limitées et que toutes les opérations de surveillances étaient supervisées par un tribunal.De son côté, la chancelière Angela Merkel, qui a grandit en ex-RDA, a assuré que la discussion sur le sujet avait "très longue", "très complète" et qu'elle allait "se poursuivre".L?Allemagne a obtenu "des informations importantes" grâce aux services américains, a reconnu la chancelière, assurant que les échanges d'informations entre services allemands et américains allaient se poursuivre."L'internet est pour nous tous une terre inconnue" qui offre "de nouvelles possibilités pour les ennemis de notre État de droit de mettre en danger notre mode de vie", a-t-elle ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant