Espionnage: l'Europe recule face à la Maison-Blanche

le
0
Divisés, les États membres ont renoncé à formuler une exigence commune d'explication à leur partenaire américain.

L'Europe et les États-Unis vont commencer à négocier lundi un vaste accord de libre-échange sans que soit abordée la question qui fâche et que Paris avait posée en préalable: l'espionnage, par l'agence d'écoutes américaine NSA, d'une quarantaine d'ambassades européennes, dont les missions françaises à Washington et à l'ONU.

C'est José Manuel Barroso, le président de la Commission, qui a confirmé vendredi l'incapacité des 28 capitales de l'UE à former un front uni et à adresser une exigence commune d'explication à la Maison-Blanche. Résultat: les experts des renseignements du Vieux Continent se rendront à Washington un peu plus tard et sous leur propre drapeau, contrairement au compromis noué mercredi par François Hollande et Angela Merkel.

L'arrangement de dernière minute permet à l'Administration Obama de lancer effectivement la négoci...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant