Espionnage: l'effort de transparence d'Obama ne rassure guère

le
0
Espionnage: l'effort de transparence d'Obama ne rassure guère
Espionnage: l'effort de transparence d'Obama ne rassure guère

L'administration de Barack Obama a encore levé le voile cette semaine sur les méthodes de surveillance de l'Agence nationale de sécurité (NSA) mais la déclassification de documents secrets, bien que saluée, semble susciter plus de questions qu'elle n'en résout.L'Electronic Frontier Foundation (EFF), une ONG de défense des libertés sur internet, poursuivait depuis un an le gouvernement en justice pour obtenir la déclassification d'une décision judiciaire secrète de 2011 relative à la NSA.L'avalanche des révélations de l'ancien sous-traitant de la NSA, Edward Snowden, a forcé le gouvernement à accepter sa publication mercredi."J'étais très heureux du nombre de documents rendus publics" par l'administration, dit à l'AFP Mark Rumold, avocat de l'EFF. La décision d'octobre 2011, longue de 85 pages, décrit méticuleusement une méthode d'espionnage des fibres optiques aux Etats-Unis et ordonne au gouvernement de la modifier, car elle violait les protections constitutionnelles des citoyens américains.Le gouvernement a aussi rendu publics des rapports jusque là ultra-confidentiels détaillant les dizaines de milliers d'infractions commises par les analystes de l'Agence nationale de sécurité (NSA), et les mesures prises pour en empêcher de nouvelles. Le Washington Post avait publié le 15 août un audit partiel révélant leur ampleur."Nous avons acquis une meilleure compréhension, mais nous n'avons pas encore assez d'informations pour juger de la meilleure manière de réformer la loi", accuse pourtant Mark Rumold.Un exemple: une simple note de bas de page, numérotée 14, dans la décision du 3 octobre 2011. Le juge y révèle avec sévérité que la NSA a par trois fois fourni des informations erronées à la Foreign Intelligence Surveillance Court (Fisc), le tribunal secret chargé d'approuver les méthodes de la NSA pour intercepter les communications, dont le programme Prism sur internet.Mais deux des trois exemples sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant