Espionnage informatique: le torchon brûle entre Pékin et Washington

le
0
Espionnage informatique: le torchon brûle entre Pékin et Washington
Espionnage informatique: le torchon brûle entre Pékin et Washington

Pékin a accusé mardi Washington d'"hypocrisie" et a convoqué l'ambassadeur américain, dans une vive réplique à l'inculpation aux Etats-Unis de cinq officiers de l'armée chinoise pour "piratage informatique" et "espionnage économique".Affirmant que ces inculpations étaient "fabriquées de toutes pièces", les autorités chinoises, du ministère de la Défense à celui des Affaires étrangères, ont fait bloc pour au contraire dénoncer les propres turpitudes américaines en matière de cybersécurité. "Ce sont bien les Etats-Unis qui sont à l'origine de l'espionnage informatique, en mettant sur écoute des personnes, des entreprises et des institutions dans de très nombreux pays du monde", a martelé Hong Lei, porte-parole de la diplomatie chinoise."De WikiLeaks à l'affaire Snowden (ancien contractuel du renseignement américain, NDLR), l'hypocrisie des Etats-Unis et son recours à deux poids deux mesures en matière de sécurité informatique ont depuis longtemps été clairement mis en évidence", a insisté le ministère chinois de la Défense dans un communiqué.A l'opposé, "le gouvernement chinois, l'armée chinoise et les effectifs qui en dépendent n'ont jamais été impliqués dans des soi-disant vols informatiques de secrets commerciaux", a assuré M. Hong.Un grand jury de Pennsylvanie (Etats-Unis) a inculpé cinq officiers chinois pour avoir, entre 2006 et 2014, volé des secrets commerciaux d'entreprises américaines spécialisées dans l'énergie nucléaire ou solaire, et dans la métallurgie. Les officiers poursuivis --Wang Dong, Sun Kailiang, Wen Xinyu, Huang Zhenyu et Gu Chunhui-- sont "membres de l'Unité 61398 du Troisième département de l'Armée populaire de libération", le nom officiel de l'armée chinoise, a annoncé le ministre américain de la justice, Eric Holder.- Plusieurs sociétés américaines - "Cette affaire d'espionnage économique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant