Espionnage en ligne : Zuckerberg appelle Obama

le
0
Espionnage en ligne : Zuckerberg appelle Obama
Espionnage en ligne : Zuckerberg appelle Obama

Pour une fois Mark Zuckerberg n'a pas eu peur d'être écouté. Le patron de Facebook, qui fête cette année ses 10 ans d'existence, a directement téléphoné au président américain Barack Obama pour se plaindre de la «menace» que représentaient pour internet les pratiques du gouvernement américain, alors que se multiplient les révélations sur de vastes programmes d'espionnage.

«J'ai appelé le président Obama pour exprimer ma frustration quant aux dommages créés par le gouvernement pour notre avenir à tous», a annoncé jeudi Mark Zuckerberg sur sa page Facebook personnelle. «Malheureusement, on dirait qu'il va falloir beaucoup de temps pour une vraie réforme.»

«Le gouvernement américain devrait être un champion pour internet, pas une menace. Ils doivent être plus transparents sur ce qu'ils font, ou sinon les gens imagineront le pire», prévient-il.

(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/en_US/all.js#xfbml=1"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk'));

Post by Mark Zuckerberg.

Tensions entre l'industrie numérique et le gouvernement américain 

Le coup de colère du fondateur du premier réseau social mondial en ligne illustre les tensions croissantes entre le secteur technologique et le gouvernement après une série de révélations sur des programmes de surveillance mis en place par des agences de renseignements américaines comme la NSA, qui veut d'ailleurs poursuivre son programme d'écoutes.

Mercredi encore, l'ex-journaliste du Guardian Glenn Oswald a fait état sur le site du magazine en ligne Intercept de l'usage à grande échelle de virus pour extraire des données de réseaux téléphoniques ou internet, sur la base de documents transmis par l'ex-consultant de la NSA Edward Snowden. Dans certains cas, la NSA aurait imité des pages de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant