Espionnage : des hackers chinois volent des plans d'armes US

le
0
Espionnage : des hackers chinois volent des plans d'armes US
Espionnage : des hackers chinois volent des plans d'armes US

Des pirates informatiques chinois ont pu consulter les plans de certaines des armes américaines les plus sensibles, selon un rapport du Defense Science Board, un groupement d'experts civils et gouvernementaux, dont le Wahsington Post se fait l'écho ce mardi.

Les plans de systèmes anti-missiles, d'avions de combats et de navires de guerre auraient été compromis. Les plans de missiles servant à la défense de l'Europe, de l'Asie et du Golfe persique auraient été pillés. Les plans de l'avion F/A-18 ou encore de l'hélicoptère Blackhawk seraient aussi concernés. Surtout, des informations sur le F-35 Joint Strike Fighter auraient été compromises. Le coût de développement de cet avion de combat est de 1 400 milliards de dollars (plus de 1 000 milliards d'euros) ! Les plans de drones et de différents systèmes électroniques auraient également été consultés.

Le F-35 Joint Strike Fighter (AFP)

Des experts affirment que ce piratage permettrait à la Chine de combler plus rapidement son retard militaire, affaiblissant les Etats-Unis dans le cas d'un éventuel conflit. Ce piratage s'inscrit dans une vaste campagne chinoise d'espionnage envers les Etats-Unis. Récemment, un rapport du Pentagone a nommément accusé la Chine et son gouvernement d'utiliser le cyber-espionnage comme un moyen de rattraper son retard. Un vaste plan de sécurisation des systèmes informatiques du ministère de la Défense et de ses fournisseurs a d'ailleurs été lancé il y a deux ans.

La version publique du rapport du Defense Science Board prétend que le Pentagone n'est pas prêt à faire face à une cyber-attaque d'ampleur. C'est sa version confidentielle qui détaille les différents plans compromis. Plus globalement, si, en public, les responsables américains n'évoquent pas les cibles visées par les attaques informatiques chinoises, ils n'hésitent pas à mettre le sujet sur la table dans le cadre de réunions privées avec leurs homologues.

De lourdes...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant