Espionnage chez Renault : deux comptes à l'étranger

le
0
INFO LE FIGARO - Selon des enquêteurs privés, deux des trois cadres ont des comptes en Suisse et au Liechtenstein alimentés par une société chinoise.

La piste chinoise se confirme dans l'affaire d'espionnage ayant pour cible Renault. Une note de la Direction centrale du renseignement intérieur en date du 7 janvier dernier en atteste. Pour l'instant, il ne s'agit que d'un faisceau de soupçons convergents que le contre-espionnage français devra s'attacher à étayer en procédure dès lors qu'il sera officiellement saisi d'une enquête judiciaire.

Pour l'heure, les policiers de la sous-direction de la protection économique de la DCRI sont en alerte. Ils ont juste procédé à un certain nombre de «vérifications» en attendant que le constructeur dépose une plainte en bonne et due forme. Celle-ci, devenue inéluctable, pourrait intervenir dans les tout prochains jours.

Dans un premier temps, tout semblait indiquer que Renault ait voulu régler cette affaire en interne, en toute discrétion et sans faire de vague. Lorsque le constructeur apprend en août dernier, à la faveur d'une dénonciation, semble-t-il, des soupçons de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant