Espèces protégées : la guerre aux trafiquants

le
0
Espèces protégées : la guerre aux trafiquants
Espèces protégées : la guerre aux trafiquants

C'est une image très spectaculaire qui illustre la lutte contre le trafic de l'ivoire. Aujourd'hui à Nairobi (Kenya), 105 t de défenses d'éléphant partiront en fumée, soit environ 5 % du stock d'ivoire mondial. Il s'agit du plus gros volume d'ivoire jamais brûlé en une seule fois. Hier, le président kényan, Uhuru Kenyatta, a appelé, lors d'un sommet africain, à interdire complètement le commerce de l'ivoire afin d'empêcher l'extinction des éléphants à l'état sauvage. « Perdre nos éléphants, ce serait perdre une partie essentielle de l'héritage qui nous a été confié. Tout simplement, nous ne permettrons pas que cela arrive », a-t-il déclaré.

Il y a urgence car la détermination des braconniers est sans borne. Elle a atteint l'an dernier un niveau jamais égalé tant la contrebande d'animaux est devenue un business lucratif. Onze cornes de rhinocéros découvertes en Tanzanie à l'intérieur du faux réservoir d'un 4 x 4, 36 kg d'ivoire saisis dans la doublure d'une veste à Hongkong, dix-sept défenses de mammouth et une défense de morse cachées dans le faux plancher d'un camion russe... pour se soustraire aux contrôles.

Des trafiquants de plus en plus audacieux

« Le trafic illicite de faune et de flore sauvages représente aujourd'hui entre 50 et 150 Mds$ (entre 43,9 et 131,55 Mds€) dans le monde », explique Charlotte Nithart, spécialiste du dossier au sein de l'association Robin des bois. Alors que le trafic d'ivoire a triplé depuis 1998 et doublé depuis 2007, les trafiquants sont de plus en plus audacieux afin d'échapper aux scanners des aéroports et aux fouilles des douaniers. C'est ce que montre le dernier bulletin d'information de l'association écologiste qui vient de paraître et qui retrace la chronique des saisies d'animaux vivants ou morts effectuées entre octobre et décembre dernier dans le monde. On y découvre ainsi qu'un contrebandier américain importait de France des vertèbres de baleine ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant