Espagne: une pub osée pour relancer l'immobilier

le
4
Le premier portail immobilier espagnol veut inciter les jeunes à quitter le foyer familial et louer leur propre logement. 3 millions d'habitations sont inoccupées.

La nouvelle campagne de publicité du premier portail espagnol dédié à l'immobilier est très «caliente»! Idealista.com recommande aux jeunes espagnols de 20 à 30 ans de louer leurs propres appartements pour ne plus avoir à faire l'amour à l'arrière de leurs voitures... alors que 70% de cette classe d'âge n'a pas encore quitté le foyer familial.

Les images du spot télévisé de 20 secondes sont brouillées avant 22 heures et diffusées en clair sur les antennes espagnoles après 22 heures. Fernando Encina, co-fondateur d'Idealista précise que l'idée de la publicité a surgi lorsque le groupe s'est «interrogé pour savoir à quel moment les jeunes pensaient le plus: j'ai vraiment besoin de mon propre logement». Un porte parole du site internet affirme que «la campagne a déjà généré une forte hausse du trafic sur le site internet».

L'enjeu est de taille: relancer le secteur de l'immobilier espagnol en pleine crise. L'Espagne compte près de 25 millions de logements dont 3 millions environ sont actuellement vides. Par ailleurs, le marché de la location est presque inexistant puisque seuls 1,8 million d'habitation sont louées. L'Espagne est en effet l'un des États européens qui compte le plus grand nombre de propriétaires avec un taux de 83% (contre un taux de 58% en France).

La colocation, seule solution pour de nombreux jeunes

Idelista.com vise ainsi à stimuler le marché immobilier en incitant les jeunes à louer et partager des appartements. Le groupe organise régulièrement des rencontres entre ceux qui recherchent des chambres à louer et les propriétaires en quête de locataires. Le nombre d'offre de chambre à louer déposées sur le site à déjà augmenté de 125% sur les douze derniers mois. Fernando Encina affirme en effet que la colocation se développe en Espagne car elle représente l'unique solution de logement pour de nombreux jeunes espagnols qui peinent à décrocher des crédits immobiliers et des emplois stables. Le dirigeant table sur une hausse de 25% du marché locatif d'ici 2015.

Le gouvernement partage cette volonté de développer le marché locatif alors que les banques délivrent de moins en moins de crédits immobiliers. En mai, la ministre de l'équipement Ana Pastor a présenté des mesures visant à stimuler ce marché, via notamment une plus grande protection des propriétaires au moyen d'une loi facilitant l'évacuation des locataires insolvables ou la possibilité d'augmenter les loyers au-delà du taux d'inflation. Une façon aussi d'éviter les saisies immobilières qui battent des records en Espagne. Le pays deviendrait en outre plus attractif pour les étrangers incités à investir dans les 1,5 million d'habitations encore invendues en Espagne.

LIRE AUSSI:

» Comprendre la crise espagnole en 5 questions

» Espagne: le chômage n'a pas été aussi haut depuis 20 ans

» L'Espagne s'enfonce dans la récession

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • omigda le mercredi 1 aout 2012 à 09:40

    et les analyste qui prévoient encore 25% de baisse en Espagne haha pauvres pigeons.

  • d.jousse le mardi 31 juil 2012 à 15:15

    Je ne suis pas partisan pour être trop tôt propriétaire, moi-même propriétaire à l'âge de 40 ans et par obligation. Parce que cela enlève la mobilité nécessaire à l'évolution professionnelle. Il faut être mobile. La période que nous vivons en est l'exemple. Les biens immobiliers se vendent mal. La valeur locative est insignifiante par rapport au capital investi. Maintenant, c'est une question de culture. La liberté n'a pas de prix.

  • ceriz le mardi 31 juil 2012 à 14:31

    des fous! c pour ça qu'ils en sont la!

  • cresus57 le mardi 31 juil 2012 à 14:29

    "L'Espagne est en effet l'un des États européens qui compte le plus grand nombre de propriétaires avec un taux de 83% (contre un taux de 58% en France). "propriétaires ou locataires de leur banque pendant 40 ans ?...NB : "qui comptent" et pas "qui compte"