Espagne-Un troisième scrutin ne donnerait pas de majorité-sondage

le
0
    MADRID, 8 août (Reuters) - Une troisième élection 
législative en Espagne, sans gouvernement depuis plus de sept 
mois, ne serait d'aucune utilité pour sortir le pays de 
l'impasse, montre un sondage réalisé par Centro de 
Investigationes Sociologicas publié lundi. 
    Les deux scrutins qui ont eu lieu en décembre et en juin 
n'ont pas permis de donner une majorité à même de former un 
gouvernement, l'émergence des nouvelles forces politiques 
incarnées par Podemos et Ciudadanos ayant mis fin à 40 ans 
d'alternance stable entre deux grands partis, le Parti populaire 
(PP, droite) et le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). 
    Et aujourd'hui, estime Centro de Investigationes 
Sociologicas, le nombre de personnes qui ont prévu de ne pas se 
déplacer pour voter est à la hausse. 
    Après les élections législatives du 26 juin qui ont donné 
33% au Parti populaire du Président du gouvernement sortant 
Mariano Rajoy, le PP remporterait à nouveau un troisième scrutin 
avec un score similaire, 32,5%, selon l'enquête de Centro. 
    Le PSOE arriverait à nouveau second avec 23,1% des 
intentions de vote, contre 22,7% en juin. Le sondage ne donne 
pas d'estimations en sièges. 
    L'alliance des partis d'extrême-gauche, Unidos Podemos 
("Ensemble nous pouvons") arriverait troisième avec 19,6% des 
suffrages, contre 21,1% en juin, tandis que Ciudadanos 
arriverait encore quatrième avec 12%, contre 13% en juin. 
    Quelque 13,4% des 2.500 personnes interrogées début juillet 
disent vouloir s'abstenir si un nouveau scrutin était organisé, 
contre 11% qui avaient l'intention de le faire début juin.  
    Le PP a été le seul des quatre grands partis à gagner des 
sièges en juin. Il en a totalisé 137, mais cela ne suffit pas à 
obtenir une majorité. Il en faut 176 pour pouvoir gouverner sans 
soutien le Congrès des députés. La chambre basse des Cortes 
comprend 350 sièges. 
    Mariano Rajoy a déclaré dernier qu'il n'y aurait pas d'autre 
solution que de convoquer un troisième scrutin législatif si les 
socialistes continuent à refuser de soutenir la formation d'un 
gouvernement conservateur minoritaire.       
    L'absence de gouvernement n'empêche pas la redémarrage de 
l'économie espagnole de se poursuivre, le boom du tourisme 
favorisant les embauches et les dépenses de consommation des 
ménages. 
 
 (Sarah White et Catherine Bennett; Danielle Rouquié pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant