Espagne-Rajoy revalorise les salaires des fonctionnaires

le
0

par Julien Toyer MADRID, 31 juillet (Reuters) - A quelques mois des élections législatives, Mariano Rajoy cherche à convaincre les Espagnols que le temps de l'austérité est terminé. Le président du gouvernement espagnol a dévoilé vendredi un projet de budget 2016 dans lequel figurent les premières augmentations de dépenses publiques depuis son accession au pouvoir en 2011. La présentation de la loi de finances a été avancée afin de pouvoir être adoptée par le Congrès avant des élections législatives prévues en novembre ou décembre. Le Parti populaire (conservateur, au pouvoir) est pour l'instant en tête des sondages devant le PSOE (socialiste). Bien que toujours marqué du sceau de la rigueur budgétaire - Madrid prévoit de réduire le déficit public de 15 milliards d'euros -, le budget de l'an prochain bénéficiera d'une réduction du service de la dette et d'une hausse des recettes fiscales liées à une accélération de la croissance. Fort de ces nouvelles marges de manoeuvre, Mariano Rajoy a annoncé une hausse de 1% des salaires des fonctionnaires, leur première augmentation depuis 2009, et une revalorisation de 0,25% des retraites du secteur public. Le chef du Parti populaire a également confirmé le transfert de 7,5 milliards d'euros supplémentaires aux régions, qui ont en charge les dépenses de santé ou d'éducation et ont été soumises à des cures drastiques d'austérité ces dernières années. Ces dépenses viennent s'ajouter à une baisse des impôts de 1,5 milliard d'euros déjà annoncée au cours du mois de juillet et qui profitera aux classes moyennes. "Il est incontestable que la situation change", a déclaré Mariano Rajoy durant sa traditionnelle conférence de presse de milieu d'année. "Le budget approuvé ce vendredi par le gouvernement redonnera encore plus de vigueur au redressement de l'économie." S'il est réélu pour un mandat de quatre ans, le dirigeant conservateur espagnol promet une nouvelle baisse d'impôts et de nouvelles dépenses sociales. L'économie espagnole a enregistré au cours du deuxième trimestre sa plus forte croissance depuis 2007 mais le pays compte toujours plus de cinq millions de chômeurs, ce qui représente 22,4% de la population active, soit le plus fort taux de chômage de la zone euro à l'exception de la Grèce. Mariano Rajoy s'engage à créer 3 millions d'emplois nets au cours des trois prochaines années mais la Cour des comptes en doute. Elle a estimé vendredi que le nombre de créations de postes ne permettrait pas d'atteindre cet objectif. La présentation de ce budget a laissé de marbre l'opposition socialiste du PSOE et les syndicats. Le secrétaire général des Comisiones Obreras, l'une des principales confédérations syndicales du pays, a dénoncé des mesures électoralistes à l'impact limité. (Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux