Espagne-Rajoy dévoile la composition de son cabinet

le
0
    * Six nouveaux visages dans le nouveau gouvernement 
    * Cinq femmes ont des portefeuilles, dont celui de la 
Défense 
    * Luis de Guindos, à l'Economie, voit ses prérogatives 
élargies 
    * L'opposition de gauche condamne un gouvernement fermé au 
dialogue 
    * Le PP s'appuiera sur Ciudadanos pour faire adopter 150 
mesures 
 
    par Adrian Croft et Jesús Aguado 
    MADRID, 3 novembre (Reuters) - Le président du gouvernement 
espagnol, Mariano Rajoy, a dévoilé jeudi la composition de son 
nouveau cabinet, minoritaire, qui compte 13 membres dont six 
nouveaux visages et accroît le rôle dévolu au ministre de 
l'Economie Luis de Guindos, qui aura désormais un rôle-clé de 
coordination budgétaire avec Bruxelles. 
    Luis de Guindos est également chargé de l'Industrie, mais 
Cristobal Montoro conserve le portefeuille du Budget, 
contrairement aux attentes de ceux qui croyaient à la création 
d'un puissant ministère de l'Economie et des Finances. 
    Les membres du gouvernement sont pour l'essentiel issus des 
rangs du Parti populaire (PP, droite au pouvoir), et aucun 
véritable indépendant n'a été nommé. L'opposition a estimé de ce 
fait que cette nouvelle équipe gouvernementale ne donnait aucun 
signe d'ouverture au dialogue dont elle a pourtant besoin pour 
se maintenir au pouvoir. 
    Ce gouvernement rajeuni, dont l'avènement met fin à dix mois 
de paralysie politique en Espagne, compte cinq femmes, dont la 
vice-présidente du gouvernement Soraya Saenz de Santamaria, qui 
aura la charge des relations avec les régions autonomes au 
moment où la "généralité" de Catalogne projette d'organiser un 
référendum sur son indépendance. 
    Une autre femme, la secrétaire générale du Parti populaire, 
Maria Dolores de Cospedal, est nommée à la Défense. 
    Le diplomate de carrière Alfonso Dastis, ambassadeur 
d'Espagne auprès de l'Union européenne, obtient le portefeuille 
des Affaires étrangères, signe d'une volonté de Madrid de jouer 
un rôle plus actif sur la scène européenne à l'heure où des 
négociations vont s'engager sur les conditions du Brexit. 
    Le gouvernement Rajoy pourra compter sur l'appui de la 
formation centriste et libérale Ciudadanos, en ce qui concerne 
150 mesures qui ont fait l'objet d'un accord préalable avec le 
Parti populaire. Mais même avec l'appui de Ciudadanos, le PP 
n'aura pas de majorité absolue au parlement. 
    Par la voix de son porte-parole Mario Jimenez, le Parti 
socialiste ouvrier espagnol (Psoe) a estimé que le gouvernement 
"n'est pas qualifié pour le dialogue". 
    Le parti anti-austérité Podemos, troisième force au 
parlement, a lui aussi condamné un gouvernement qui, pense-t-il, 
va procéder à de nouvelles coupes dans les dépenses publiques. 
 
 (Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant