Espagne-Les socialistes pas décidés à gouverner avec la droite

le , mis à jour à 18:33
0
    * Rencontre entre le PM Mariano Rajoy et le chef de 
socialistes 
    * Mais les socialistes sont contre une alliance avec la 
droite 
    * Rajoy rencontrera lundi les chefs de Podemos et Ciudadanos 
 
 (Actualisé avec commentaires du chef de file des socialistes, 
nouvelles réunions) 
    par Julien Toyer et Blanca Rodríguez 
    MADRID, 23 décembre (Reuters) - Les principaux partis 
politiques espagnols ont présenté des idées antagonistes 
mercredi sur la façon de constituer un gouvernement viable après 
les élections législatives de dimanche, remportées par les 
conservateurs au pouvoir mais sans qu'aucun parti ne dispose 
d'une majorité claire en sièges. 
    Le secrétaire général du Parti socialiste (PSOE), Pedro 
Sanchez, s'exprimant devant la presse après une rencontre avec 
le Premier ministre sortant Mariano Rajoy, a dit qu'il 
rejetterait tout accord qui déboucherait sur un nouveau 
gouvernement avec Mariano Rajoy on son parti, le Parti Populaire 
(PP), mettant fin aux espoirs de ceux qui avaient envisagé une 
grande coalition à l'allemande entre la gauche et la droite. 
    Sans le soutien des socialistes, ou au moins leur soutien 
implicite via l'abstention, il sera impossible pour le PP de 
former un gouvernement disposant d'une majorité  la chambre 
basse du Parlement. 
    D'autres combinaisons sont possibles, mais elles 
nécessiteront un accord entre au moins trois partis. 
    Le PP contrôle désormais 123 des 350 sièges à la chambre 
basse du parlement espagnol, le PSOE 90, tandis que les nouveaux 
venus Podemos (gauche radicale) et Ciudadanos (centre droit) en 
ont respectivement 69 et 40. 
    "Nous disons 'non' à Rajoy et à sa politique", a déclaré 
Pedro Sanchez, lors d'une conférence de presse après sa 
rencontre avec le chef du gouvernement sortant. 
    "Les socialistes travailleront de sorte qu'il y ait un 
nouveau gouvernement, un gouvernement du changement, avec des 
idées progressistes et une capacité de dialogue", a-t-il dit. 
     
    FIGURE PRESTIGIEUSE 
    Il a toutefois ajouté qu'il ferait tout ce qu'il pourrait 
pour éviter de nouvelles élections et qu'il soutiendrait Mariano 
Rajoy sur des questions telles que le terrorisme, ou l'unité 
espagnole face au risque de voir la Catalogne déclarer son 
indépendance. 
    Des personnes au fait de la réunion entre Rajoy et Sanchez, 
expliquent que les deux dirigeants n'ont pas discuté d'un accord 
dans le détail, dans la mesure où le chef des socialistes a 
clairement dit dès le départ qu'il ne soutiendrait pas le PP et 
que son parti chercherait plutôt le soutien d'autres groupes 
pour constituer une majorité. 
    Mariano Rajoy va maintenant rencontrer le président de 
Ciudadanos, Albert Rivera, et le secrétaire général de Podemos, 
Pablo Iglesias. Ces réunions sont prévues lundi prochain. 
    Albert Rivera a fait savoir que Ciudadanos s'abstiendrait en 
cas de vote au Parlement sur un nouveau gouvernement PP et a 
appelé à la conclusion d'un accord à trois, avec le PP et le 
PSOE, en vue de constituer une coalition de gouvernement. 
    "Nous proposons un pacte entre le PP et le PSOE afin que 
personne ne profite de la faiblesse, de l'incertitude et de 
l'instabilité pour miner ce pays", a dit Albert Rivera lors 
d'une conférence de presse. 
    Podemos a réaffirmé de son côté qu'il ne donnerait pas son 
aval à un pacte qui permette à Mariano Rajoy ou au PP d'être à 
nouveau au gouvernement. 
    Le parti anti-austérité, souvent considéré comme susceptible 
de s'allier avec un gouvernement dirigé par les socialistes, 
s'est dit prêt à soutenir une "figure indépendante prestigieuse" 
pour le poste de Président du gouvernement si Pedro Sanchez 
n'obtenait pas le soutien de son propre parti pour former un 
alliance avec Podemos.  
     
 
 (Eric Faye et Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant