Espagne : les socialistes accusent Podemos de bloquer la formation d'un gouvernement

le
0
Espagne : les socialistes accusent Podemos de bloquer la formation d'un gouvernement
Espagne : les socialistes accusent Podemos de bloquer la formation d'un gouvernement

Il reste moins d'un mois aux partis espagnols pour former un gouvernement, sans quoi de nouvelles élections législatives devront être organisées le 26 juin. Une perspective que ne semble pas craindre le parti de gauche radicale Podemos. Le Parti socialiste espagnol (PSOE)  l'a accusé vendredi d'avoir torpillé les négociations tripartites avec les centristes sur la formation d'un gouvernement.

Trois mois et demi après les élections législatives, qui ont mis fin au traditionnel bipartisme espagnol, en faisant entrer au parlement Podemos et Ciudadanos (centre-droit), les négociations ont une nouvelle fois échoué.

«Aujourd'hui (Pablo) Iglesias et Podemos ont claqué la porte au changement attendu par des millions d'Espagnols», a déclaré le porte-parole socialiste Antonio Hernando, après l'annonce par le parti de gauche radicale d'une consultation de ses militants pour rejeter le programme de gouvernement proposé par les socialistes et les centristes de Ciudadanos.

Jeudi soir, le PSOE, arrivé en deuxième position aux législatives du 20 décembre, derrière la droite du Premier ministre sortant Mariano Rajoy, et à qui le roi a confié la formation d'un gouvernement,  conservait l'espoir d'y parvenir enfin.  Il avait obtenu que Podemos, arrivé troisième lors du scrutin de décembre, participe à une réunion avec Ciudadanos, parti avec lequel Pablo Iglesias refusait jusque-là de négocier. Mais vendredi matin, les deux partis ont évoqué un échec de cette réunion.

Podemos dénonce l'immobilisme de Ciudadanos 

Le chef de Podemos a notamment assuré que ses interlocuteurs avaient repoussé d'office ses propositions. «Nos propositions ont été accueillies avec immobilisme et je peux dire que nous sommes sortis très déçus de cette réunion», a-t-il dit, avant d'ajouter que ses interlocuteurs avaient répondu «non» à toutes ses propositions.

Selon Pablo Iglesias, Ciudadanos a refusé toute modification du programme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant