Espagne-Les Catalans dans la rue pour demander l'indépendance

le
0
    par Sam Edward 
    BARCELONE, 11 septembre (Reuters) - Plus de 500.000 
personnes ont manifesté dimanche en Catalogne pour demander 
l'indépendance de leur région d'avec l'Espagne que les 
dirigeants locaux veulent organiser pour l'an prochain malgré 
l'opposition du gouvernement central. 
    Les Catalans se sont rassemblés dans cinq villes et 
notamment à Barcelone, la capitale régionale, où ils étaient 
540.000 selon la police. En cette journée de fête nationale 
catalane (Diada), ils brandissaient le drapeau rouge et jaune 
étoilé des indépendantistes ainsi que des banderoles jaunes en 
musique, pour symboliser le battement d'un coeur unissant une 
république indépendante. 
    L'assemblée de la région Catalogne, favorable à 
l'indépendance, souhaite que l'Etat indépendant de l'Espagne 
qu'elle appelle de ses voeux soit créé en 2017. 
    La Catalogne, où vivent 7,5 millions de personnes, contribue 
à environ 20% du produit intérieur brut (PIB) de l'Espagne. 
    A Madrid, l'Espagne est sans gouvernement depuis la fin 
2015, les deux élections législatives de décembre et juin 
n'ayant pas permis de dégager une majorité parlementaire, en 
raison en partie des différends entre les partis politiques sur 
la manière de s'opposer à la volonté séparatiste de la 
Catalogne. 
    Le gouvernement conservateur sortant de Mariano Rajoy, qui 
expédie les affaires courantes, est fermement opposé à toute 
initiative allant dans le sens d'une sécession de la Catalogne, 
et a porté l'affaire devant la juridiction constitutionnelle. 
    "Cela ne nous importe plus vraiment de savoir qui va 
gouverner à Madrid", commente Montse Pedra, 39 ans, une 
thérapeute rencontrée dans la manifestation à Barcelone. 
     
    LUTTES INTERNES 
    Elle estime que la Catalogne n'aura pas droit à un 
référendum sur l'indépendance, à la différence de l'Ecosse en 
2014 (même si les électeurs ont finalement opté pour le maintien 
au sein du Royaume-Uni). De ce fait, dit-elle, "nous allons tout 
simplement déclarer l'indépendance, voilà". 
    Un autre manifestant, Rafael Subirats, professeur de 
mathématique, 64 ans, estime en revanche que l'indépendance ne 
sera sans doute pas pour 2017. 
    Les partis favorables à la sécession ont remporté la 
majorité des sièges à l'assemblée régionale l'an dernier, mais 
pas la majorité des voix, et ont commencé à prendre des mesures 
législatives pour préparer l'indépendance, mais ces actions ont 
été déclarées illégales en justice. 
    Le Tribunal constitutionnel espagnol a annulé début août une 
résolution du Parlement catalan favorable à l'indépendance. 
  
    Selon un sondage paru en juillet, 48% des Catalans sont 
favorables à l'indépendance, contre 42% qui sont contre. 
    Les pro-indépendance sont aussi minés par des luttes 
internes. Le président de la Généralité de Catalogne, Carles 
Puigdemont, demandera la confiance du parlement régional le 28 
septembre après des dissensions entre son parti, "Junts pel si" 
(Ensembles pour le oui) et ses alliés de la formation 
anti-austérité CUP qui ont rejeté le projet de budget pour 2017. 
Selon les analystes, Carles Puigdemont devrait être maintenu. 
    Il a déclaré dimanche lors d'une conférence de presse que 
son gouvernement convoquerait l'an prochain des élections en 
forme de plébiscite pour ratifier la sécession, sauf s'il 
parvient à persuader les autorités centrales à Madrid 
d'autoriser les Catalans à se prononcer par référendum sur leur 
avenir. 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant