Espagne : le gouvernement catalan maintient son projet de référendum

le
1
Espagne : le gouvernement catalan maintient son projet de référendum
Espagne : le gouvernement catalan maintient son projet de référendum

L'Espagne est au bord de la plus grave crise institutionnelle depuis la chute du dictateur Franco en 1975. Vendredi, le gouvernement catalan a décidé de maintenir le projet de référendum sur l'indépendance de la Catalogne. Le chef du gouvernement Artur Mas a conclu un accord avec les partis indépendantistes et outrepasse donc la décision du tribunal constitutionnel espagnol, qui a suspendu povisoirement lundi ce référendum suite à un recours déposé par le gouvernement espagnol. 

Jeudi soir déjà, Artur Mas faisait un pas de plus dans son conflit avec le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy. Pressé par l'aile gauche de la coalition de partis favorables à l'indépendance, il signait un décret créant une commission électorale. Mardi, Artur Mas semblait pourtant employer un ton plus modéré en suspendant la campagne pour ce référendum qui doit se tenir le 9 novembre prochain. 

Nouveau recours en justice de Madrid

Depuis lundi, les tensions entre les différents chefs des partis indépendantistes sont fortes au sujet de la manière à employer pour contourner le blocage de Madrid. L'un de ces partis (ERC) a même appelé à la «désobéissance civile» alors que des milliers de personnes étaient dans les rues mardi pour réclamer la tenue du référendum.

La création de la commission électorale mobilise près de 5 000 fonctionnaires, 10 000 policiers et 25 000 personnes pour les bureaux de vote. Payés par l'Etat espagnol et non par la Catalogne, ceux-ci pourraient risquer leur carrière en participant à la tenue référendum. Car du côté de Madrid, rien n'a changé : la consultation ne se tiendra pas. Un nouveau recours en justice, contre la création de cette commission électorale, a été annoncé par le gouvernement espagnol. 

Alicia Camacho, président du Parti populaire, le même que celui de Mariano Rajoy, en Catalogne estime que le référendum est un «mensonge collectif à la société catalane. On ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 3 oct 2014 à 18:16

    Qu'ils choisissent Manolo comme premier ministre de la Catalogne indépendante, on en sera débarrassé !!!!