Espagne : le conservateur Rajoy tend la main aux autres partis

le
0
Espagne : le conservateur Rajoy tend la main aux autres partis
Espagne : le conservateur Rajoy tend la main aux autres partis

La casse-tête… Le conservateur espagnol Mariano Rajoy (PP) s'est retrouvé ce lundi devant l'impossibilité de former un nouveau gouvernement, les deux principales formations de gauche lui barrant la route, au lendemain des législatives de dimanche.

Un parlement morcelé. Les Espagnols ont infligé une défaite sans précédent aux deux grands partis historiques, alternant au pouvoir depuis 1982 : le Parti populaire (PP) et le Parti socialiste (PSOE). Le PP de Mariano Rajoy est resté le premier parti du pays (28,7% 123 sièges) mais a perdu la majorité absolue de 176 sièges sur 350 dont il disposait et a réalisé son plus mauvais score depuis 1989. Le PSOE, deuxième, n'avait jamais fait pire, avec 22% des suffrages et 90 sièges. Quant aux deux nouveaux partis prônant le changement — Podemos (extrême-gauche) et Ciudadanos (centriste) — ils s'apprêtent à faire leur grande entrée au parlement.

La main tendu de Rajoy. Ce lundi soir après avoir lui-même fait la liste des difficultés de son gouvernement, et redit que des «épisodes de corruption» avaient fait «beaucoup de tort» au PP, Mariano Rajoy a proposé un «dialogue» aux autres formations afin de permettre la constitution d'un gouvernement. «L'Espagne ne peut pas se permettre de vivre une période d'incertitude politique qui mette par terre tous ses progrès», a-t-il déclaré après une sombre journée à la bourse, qui a perdu 3,6% en clôture. C'est pourquoi, «le Parti populaire a une responsabilité et un mandat pour lancer un processus de dialogue», a-t-il ajouté. Rajoy a précisé qu'il tendait la main aux formations défendant l'unité de l'Espagne, son ordre constitutionnel ou encore ses engagements européens, autrement dit Ciudadanos et le Parti socialiste, excluant de facto Podemos.

La gauche dit «no». A la mi-journée pourtant, les partenaires potentiels du PP semblaient avoir déjà fermé la porte à Mariano Rajoy, au pouvoir depuis 2011. «Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant