Espagne : le conducteur a raconté qu'il n'avait pas pu arrêter le train

le
0
Francisco José Garzon Amo, accusé «d'homicide par imprudence», est arrivé dimanche soir au tribunal pour être entendu par un juge.

Le conducteur du train accidenté mercredi à Sant-Jacques de Compostelle est arrivé au tribunal ce dimanche soir, à bord d'un fourgon de police. Il doit s'expliquer devant un juge, après la catastrophe qui a coûté la vie à 79 personnes.

Dimanche la télévision espagnole a diffusé un témoignage troublant. Selon un riverain, Evaristo Iglesias, qui s'est précipité sur les lieux juste après l'accident pour porter secours aux blessés, le conducteur lui a confié qu'il allait trop vite et n'avait pas réussi à arrêter le train. «Il disait qu'il aurait dû freiner et réduire sa vitesse à 80 mais qu'il n'avait pas pu, qu'il allait trop vite», a témoigné cet homme.

«Il n'arrêtait pas de dire 'Je veux mourir, je veux mourir'. Il n'arrêtait pas de répéter cela, de dire qu'il ne voulait pas voir cela», a ajouté Evaristo Iglesias...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant