Espagne : La presse se déchaîne sur Casillas et taille la Roja

le
0
Espagne : La presse se déchaîne sur Casillas et taille la Roja
Espagne : La presse se déchaîne sur Casillas et taille la Roja
Au lendemain de la défaite de l'Espagne face à la Slovaquie (2-1), avec une nouvelle bourde d'Iker Casillas à la clé, la presse espagnole se déchaîne sur le capitaine de la sélection et critique cette Roja en sérieuse perte de vitesse.

Depuis huit ans, l'Espagne n'avait plus perdu un match de qualification. Alors forcément, au lendemain de la défaite des Espagnols face à la Slovaquie (2-1), jeudi soir dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2016, la presse du pays ne se montre pas tendre envers cette Roja au ralenti qui inquiète de plus les médias espagnols. « L'Espagne de mal en pis. La Roja tombe en Slovaquie sans étincelles », exprime sobrement El Pais, nettement moins ironique que le quotidien AS qui titre « L'Espagne s'habitue à perdre. »

El Mundo Deportivo va encore plus loin dans son analyse, estimant sur sa Une que « la Roja démontre qu'elle manque de football, de but et de fraîcheur ». Un constat dur mais empli de lucidité, qui tranche avec le tollé suscité par la nouvelle prestation pas loin d'être catastrophique d'Iker Casillas. Certes, le gardien de but et capitaine de l'Espagne a rappelé sur quelques interventions qu'il n'est pas pour rien une légende du sport de son pays. Mais comme lors de la dernière Coupe du Monde, « San Iker » s'est surtout signalé sur une bourde impensable venant d'un joueur d'un tel niveau.

Une erreur de lecture incroyable sur une frappe de loin lui arrivant droit dessus, plein centre. Sport associe d'ailleurs la désillusion de jeudi soir à Zilina à la performance indigne du Madrilène : « Iker se troue, la Roja se ridiculise. » Une option prise également par Marca. En tout cas en pages intérieures, où les envoyés spéciaux du journal ont retenu de cette triste soirée pour la Roja « le fiasco d'Iker et l'autre naufrage de l'Espagne ». En Une en revanche, Casillas prend intégralement et seul pour cette défaite. « Quelle bourde ! » En Espagne, « San Iker » n'a plus rien d'un Dieu.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant