Espagne : la mère d'une femme licenciée avoue l'assassinat de l'élue

le
0
Espagne : la mère d'une femme licenciée avoue l'assassinat de l'élue
Espagne : la mère d'une femme licenciée avoue l'assassinat de l'élue

La mère d'une jeune femme qui avait été licenciée par le gouvernement de la province de Leon, dans le nord de l'Espagne, a confessé avoir assassiné la présidente conservatrice de cette province, Isabel Carrasco, a annoncé mercredi une source proche de l'enquête.

Maria Montserrat Gonzalez Fernandez, 55 ans, et sa fille Montserrat Triana Martinez Gonzalez, 35 ans, avaient été toutes deux arrêtées par la police lundi peu de temps après le crime. Le ministère de l'Intérieur avait alors immédiatement expliqué qu'il s'agissait d'un acte de «vengeance personnelle» après le licenciement de la jeune femme.

«La mère a confessé avoir été l'auteur matériel de l'assassinat et a confessé aussi qu'elle projetait depuis deux ans de commettre un acte de ce type», a affirmé à l'AFP une source proche de l'enquête. Une troisième personne, une policière municipale, a «remis hier (mardi) l'arme» du crime, un revolver, à la police, a ajouté cette source, sans plus de précision, le dossier étant placé sous le secret de l'instruction.

«La police détient l'arme présumée avec laquelle l'assassinat a été commis», a confirmé à la presse le chef de la police nationale Ignacio Cosido, précisant que les examens balistiques étaient en cours pour le vérifier. Selon lui, les trois femmes devaient être mises à disposition de la juge chargée de l'enquête dans l'après-midi. La policière sera entendue en tant qu'inculpée par la juge, a-t-il précisé, même si les deux principaux suspects restent la mère et la fille.

En revanche, selon Ignacio Cosido, l'époux de la femme qui a avoué le crime, un inspecteur chef de la police et ancien chef du commissariat de la commune d'Astorga, semble hors de cause. «Selon les informations dont nous disposons, en principe, il n'y a aucune inculpation ni de relation ou d'implication de cet inspecteur chef», a affirmé le directeur général de la police.

Connue pour son fort caractère, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant