Espagne : la justice suspend ses poursuites contre l'infante Cristina

le
0
Espagne : la justice suspend ses poursuites contre l'infante Cristina
Espagne : la justice suspend ses poursuites contre l'infante Cristina

L'infante d'Espagne Cristina peut souffler. Mardi le tribunal de Palma de Majorque (Baléares) a suspendu «pour le moment» la mise en examen de la fille cadette du roi d'Espagne le 3 avril. Elle était soupçonnée de «coopération» dans une affaire de corruption qui vise son époux, Iñaki Urdangarin.

Le Parquet anti-corruption avait déposé un recours, estimant les indices «inexistants». Elena, la s?ur aînée de Cristina, s'est dite mardi «très heureuse» de la décision de justice.

La mise en examen de Cristina, âgée de 47 ans et septième dans l'ordre de succession au trône d'Espagne, après celle de son mari à la fin 2011, avait ouvert pour la monarchie une crise inédite depuis l'arrivée sur le trône du roi Juan Carlos, en novembre 1975. Des Espagnols ont encore manifesté à la mi-avril contre le régime actuel, réclamant l'avènement d'une IIIe République.

Aux ennuis de santé répétés du roi, âgé de 75 ans, s'est ajouté, en avril 2012, un scandale né d'une coûteuse partie de chasse au Botswana, à la suite de laquelle le souverain avait dû présenter des excuses au pays. Un faux-pas que l'Espagne, plongée dans une crise économique gravissime, ne lui a pas pardonné. Au fil des mois, ces différentes affaires ont fait plonger la popularité de la monarchie et relancé les interrogations sur une éventuelle abdication du roi au profit de son fils, le prince Felipe.

Six millions d'euros d'argent public détournés

L'instruction menée par le juge Castro porte sur le détournement de six millions d'euros d'argent public, pour lequel Iñaki Urdangarin ainsi que son ex-associé, Diego Torres, sont mis en examen. Le gendre du roi, un ancien champion olympique de handball reconverti en homme d'affaires, présidait entre 2004 et 2006 l'institut Noos, une société de mécénat qui passait des contrats avec les autorités régionales des Baléares et de Valence pour l'organisation ou la promotion de congrès liés au...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant