Espagne : décès d'Adolfo Suarez, premier ministre de l'après-Franco

le
0
Espagne : décès d'Adolfo Suarez, premier ministre de l'après-Franco
Espagne : décès d'Adolfo Suarez, premier ministre de l'après-Franco

Il avait été le premier chef de gouvernement de la démocratie espagnole et une grande figure de la transition post-franquiste. Adolfo Suarez, est décédé ce dimanche à l'âge de 81 ans dans une clinique de Madrid. L'ancien chef de gouvernement, qui souffrait de la maladie d'Alzheimer, était hospitalisé depuis lundi dernier. Vendredi, son fils, Adolfo Suarez Illana, avait annoncé que la maladie de son père s'était aggravée et que le décès était «imminent», évoquant un délai de survie de 48 heures.

L'Espagne se prépare depuis à rendre hommage à celui qui fut l'un des principaux acteurs, aux côtés du roi Juan Carlos, de la délicate période de transition qui a suivi la dictature de Francisco Franco (1939-1975). Selon les médias, des funérailles d'État devraient être organisées après plusieurs jours de deuil national, durant lesquels une chapelle ardente sera installée à Madrid dans la Chambre des députés.

Né le 25 septembre 1932 à Cebreros, dans le centre de l'Espagne, fils d'un républicain devenu l'un des cadres du régime franquiste, Adolfo Suarez avait été nommé chef du gouvernement en 1976 par le roi Juan Carlos, monté sur le trône d'Espagne après la mort de Franco le 20 novembre 1975. Son mandat fut ratifié par les urnes lors des premières élections démocratiques organisées après la dictature, le 15 juin 1977, où il se présentait comme chef de file du parti centriste Union du Centre Démocratique (UCD).

Adolfo Suarez est le deuxième en partant de la gauche sur la rangée du fonds. Photo de famille d'ex dirigeants espagnols prise autour du roi et de la reine d'Espagne (2e et 3e en partant de la gauche 1ere rangée) le 27 octobre 2001 à Madrid. Photo AFP / Marc Alex

C'est sous son gouvernement que seront adoptées les principales réformes ayant permis à l'Espagne de passer de la dictature à la démocratie : légalisation de tous les partis, y compris l'autorisation controversée du Parti ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant