Espagne : arraché à sa mère bébé, il la retrouve à 47 ans

le
0
Volé à sa naissance comme des milliers de bébés sous le régime franquiste, Quique Olivert témoigne de ses retrouvailles émouvantes avec sa famille.

«Ma mère s'est effondrée lorsqu'elle m'a vu (...) Elle n'avait pas vu son fils depuis 47 ans». Quique Olivert, un des milliers de bébés volés sous le régime franquiste en Espagne, entre 1939 et 1975, se souvient de ses retrouvailles avec ses parents et sa soeur de 42 ans. «C'était très émouvant (...) Elle (sa mère) m'a dit qu'elle ne m'avait jamais abandonné, qu'ils m'ont arraché de ses bras et qu'elle n'avait jamais su si j'étais vivant ou mort», confie, ému, ce propriétaire de bar à Huelva, dans le sud du pays.

A sa naissance, en 1965, les s½urs de sa maternité, dans le nord de l'Espagne, le retirent à ses parents car ces derniers ne sont pas mariés. Il est alors adopté par une autre famille. «J'ai eu une enfance heureuse et j'ai été choyé par mes parents adoptifs», raconte Olivert, qui était loin...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant